Une réunion est prévue entre la commune, les riverains et le responsable du café.

Le Celtic, c’est un établissement très connu dans le piétonnier de Virton. Un endroit pour faire la fête, où l’ambiance est excellente. Avec à sa tête Axel Moulu. Le week-end dernier, le gérant s’est un peu emporté sur sa page Facebook. Il visait essentiellement le voisinage et les autorités communales. Un cri de colère qui n’est pas passé inaperçu. " Le Celtic remercie François Culot et tous ses petits copains. Toi, ta co mmune et ta politique en faveur des commerçants de la ville, vous pouvez aller vous faire foutre (sic) ", écrivait-il. Des propos durs que le bourgmestre n’a pas compris. Que s’est-il passé ? La goute qui a fait déborder le vase date de vendredi soir. Le Celtic devait organiser une soirée spéciale anniversaire pour l’un de ses clients.

La commune a refusé de donner une autorisation à l’établissement. Pourquoi avoir interdit cette soirée anniversaire ? " Il y a un règlement communal à respecter. Comme la procédure l’exige, on demande d’abord l’avis de la police avant d’organiser un tel événement. La police a fait son travail. Elle a rendu son avis. Il était négatif ", explique François Culot. Pourquoi ? On sait notamment que des plaintes (bruit, propreté devant le café) du voisinage ont déjà été enregistrées.

"Je ne peux pas accepter une faveur vis-à-vis de quiconque dans pareille situation. En tant que bourgmestre, je dois donc jouer le rôle de médiateur avec la population. Puis celui de chef de la police. On a donc pris la décision de ne pas autoriser cette soirée ", poursuit le maire. François Culot a tenté de dialoguer vendredi dernier avec Axel Moulu. Cela s’est plutôt mal passé la première fois. Finalement, les choses se sont apaisées en début de semaine.

"On connaît bien Axel. J’ai même contacté ses parents pour tenter de le raisonner. On a finalement décidé de réunir tous les acteurs concernés pour améliorer la situation. Cette réunion aura lieu à la rentrée. " Il y a environ deux ans, on se souvient qu’une telle démarche avait été plutôt constructive avec ces mêmes personnes. Riverains, commerçants et Le Celtic avaient appris à mieux se connaître et à vivre ensemble. Puisse en être de même cette fois-ci.