À Herbeumont, la capacité d’accueil a été fixée à 425 places.

La pression sur le réseau d’accueil reste élevée. Les demandes d’asile en Belgique sont à la hausse. La durée du séjour dans les centres se prolonge et, pour garantir l’accueil de tous, il est nécessaire d’ouvrir de nouvelles places. En février, un troisième centre, géré par Fedasil, ouvrira ses portes en province de Luxembourg.

"Le centre des Fourches à Herbeumont va à nouveau accueillir des demandeurs d’asile dans le courant du mois de février", précise Benoît Mansy, porte-parole de Fedasil. "Ce centre avait déjà été ouvert de 2011 à 2017. L’ouverture, annoncée pour le mois de janvier, a été reportée car les travaux à réaliser avant d’accueillir premiers arrivants ne sont pas en encore terminés. Le bâtiment, resté inoccupé pendant près de trois ans, doit, en effet, être rafraîchi."

À Herbeumont, 425 places seront disponibles. Les arrivées se feront progressivement. Fedasil se charge du recrutement du personnel à qui l’accueil et l’accompagnement seront confiés. Une équipe de 70 personnes sera engagée. Le recrutement est toujours en cours. Pour en savoir plus sur les profils recherchés, les contrats, la manière de postuler, les candidats peuvent se renseigner sur le site web de Fedasil et du Forem. Un document a également été distribué sur place.

L’agence fédérale a, par ailleurs, signé un contrat avec le ministère de la Défense pour accueillir des candidats réfugiés dans deux centres de vacances de l’armée, à Senonchamps, près de Bastogne, et à Spa pour une période de six mois.

Dans la commune de Bastogne, le centre d’accueil temporaire, a rouvert sur le site de l’OCASC, à Senonchamps, le 15 octobre dernier. Il affiche à présent complet. Ils sont une centaine à y résider jusqu’au 31 mars. "Le site de Senonchamps, où 108 places sont disponibles, a déjà été utilisé, pendant quelques mois, lors de la crise migra toire de 2015",, rappelle Benoît Mansy "L’ouverture a été confiée, comme à Spa, à une équipe expérimentée du centre Fedasil de Bovigny. Une vingtaine de collaborateurs ont été recrutés pour chaque site."

Selon Patricia Perrin, la directrice du centre de Bovigny (Gouvy), les habitants ont bien accueilli les primo-arrivants. L’équipe a reçu de nombreux dons de vêtements et de jouets. Des volontaires se sont proposés pour les navettes, l’école de devoirs, les cours de français et les animations.

À Bovigny, la capacité d’accueil a été revue à la hausse. Le conteneur, installé en mars 2016, lors de l’afflux de migrants, a été réinstallé. Il permet d’augmenter la capacité de 72 places. Le centre peut ainsi accueillir jusqu’à 423 personnes. Les nouveaux logements d’urgence ont été placés rapidement grâce aux travaux réalisés fin 2015 pour les évacuations d’eau, l’alimentation électrique et la détection incendie. Quant à l’équipe, qui se compose d’une soixantaine de personnes, elle a été renforcée par huit nouveaux collaborateurs.

Nadia Lallemant