Le monde évolue, les mentalités aussi. Le CPAS d’Arlon souhaite ainsi prendre une nouvelle orientation et élargir l’aide qui n’est habituellement réservée « qu’aux » bénéficiaires du CPAS. 

Oser sortir des clichés et de sa mission première, pour mieux aider les plus défavorisés, tel est le concept. « On souhaite élargir le public cible du CPAS. Aujourd’hui, on est bien conscient qu’il y a aussi des personnes qui ont bien besoin d’aide, mais qui ne peuvent bénéficier, pour différentes raisons, du CPAS. On pense, par exemple, aux gens qui travaillent, mais qui ont du mal à boucler leur fin de mois. Ou aux pensionnés qui ne gagnent pas grand -chose…C’est assez injuste de ne pas pouvoir aider tout le monde sous prétexte qu’ils ne font pas partie de la bonne catégorie », explique Alain Deworme, le président du CPAS. « Et puis, on en marre d’entendre qu’on aide toujours les mêmes gens. 

C’est malsain de le dire et pas gai de l’entendre. Les migrants, les étrangers, etc. Des clichés qui mettent mal à l’aise, car c’est faux. Ici, on aide tout le monde », dit-il. Pour ce faire, le CPAS et la Croix-Rouge d’Arlon vont travailler main dans la main dans quelques semaines. Actuellement, l’épicerie sociale est tenue par la Croix-Rouge. Elle va déménager dans le nouveau local fraichement aménagé par le CPAS. « Un court déménagement puisque l’épicerie est située en ce moment sur le même site que le nôtre, à environ une trentaine de mètres », précise le Directeur général, Jean-Michel Balon. Avant à cet endroit, il y avait l’ancien lavoir. Aujourd’hui, un local flambant neuf (nouvelle peinture et lifting total) qui dispose du matériel approprié avec notamment deux chambres froides qui permettront de mieux stocker les produits et un espace capable d’améliorer l’accueil des bénéficiaires. 

Plusieurs autres avantages sont à signaler : « On va pouvoir mieux collaborer avec la Croix-Rouge. On regroupe les forces en présence. C’était une volonté commune. Les plages horaires seront revues, on pourra discuter des invendus, de la gestion des achats, de la distribution, de la diminution des coûts, etc…Bref, c’est une avancée pour tout le monde », conclut le directeur du CPAS. L’ouverture de l’épicerie est prévue pour février. La date exacte et un éventuel nom à donner à cette épicerie ne sont pas encore fixés.