Haut-lieu du patrimoine archéologique wallon, le dolmen d’Oppagne (Durbuy) a récemment subi plusieurs dégradations. En mars dernier, un feu allumé à l’entrée des deux mégalithes formant le vestibule d’entrée du dolmen a noirci les pierres, mais pas seulement.

"Ces mégalithes sont constitués de poudingue, un agglomérat de galets. La chaleur du feu a eu pour effet de faire sauter certains galets" explique-t-on au Musée des Mégalithes. "Ce n’est pas la première fois que les sites mégalithiques sont endommagés. On s’imagine parfois que comme ils sont là depuis 5.000 ans, ces gros blocs sont indestructibles, mais c’est faux. Les gens grimpent dessus, certains se réunissent autour pour toutes sortes de rites."

Si les traces de brûlures devraient s’estomper avec le temps, les dégâts occasionnés à la pierre sont irréversibles. Le site étant libre d’accès, au milieu des champs et sans aucune surveillance, autorités locales et responsables du musée ne se font pas d’illusion quant aux probabilités de mettre un jour la main sur les auteurs.

La ministre du Patrimoine Valérie De Bue n’en a pas moins déposé plainte contre X avec constitution de partie civile auprès du procureur du Roi du Luxembourg. "On note une augmentation du nombre de cas de dégradations volontaires envers des monuments classés", déplore la ministre dans un communiqué publié vendredi. "Ces sites et monuments sont protégés. Le Patrimoine est le témoin de notre histoire et appartient à la mémoire de tous. C’est pourquoi, systématiquement dans de pareils cas, une plainte sera déposée avec constitution de partie civile par mon administration ou par moi-même, afin de dénoncer ce type de faits. Les auteurs de dégradations volontaires de notre patrimoine ne peuvent pas bénéficier de l’impunité."

Vieux d’environ 5.000 ans, l’ensemble mégalithique de Weris II est classé comme site et inscrit au Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Le dolmen aurait exercé plusieurs fonctions depuis le néolithique récent, dont celle de tombe collective. Un panneautage informatif sera prochainement installé sur place pour permettre aux visiteurs de profiter de l’histoire du site.

N.P.