Un samedi sans le soleil, mais assez beau et avec une affluence raisonnable pour ce premier jour d’ouverture. Le labyrinthe n’a pas encore fait le plein, mais les débuts sont prometteurs. Plus de 400 entrées étaient attendues ce samedi. L’édition 2020 ayant été annulée en raison de la crise sanitaire, celle de 2021 est aussi une des dernières sous le format actuel. 

« La société de Marc Coucke, Durbuy Adventure Valley, a repris le concept du labyrinthe en avril dernier. On restera encore en place sur le site actuel durant au moins deux ans. Ensuite, il faudra sans doute déménager. Il y a donc deux raisons : d’abord parce que le propriétaire du terrain souhaite faire de l’agriculture bio sur sa parcelle. Ensuite parce que nous voulons changer de variété et mettre du miscanthus. Une plante qui mûrit plus tôt dans l’année. On ouvrirait donc plus tôt dans la saison », explique Jean-Luc Arendt, le gestionnaire actuel. 

On ne connait pas encore l’éventuel futur site qui sera choisi pour accueillir cette attraction. « Il faut voir si les terres situées dans les propriétés de Monsieur Coucke sont bonnes pour planter le miscanthus », précise-t-il encore. Cet été, le thème choisi par les organisateurs est celui de la Belle et la Bête. Une vingtaine d’artistes se relayeront ainsi ces trois prochains mois pour distraire les visiteurs. A noter que le maïs n’avait pas encore la bonne taille (NDLR : environ 1 mètre seulement ce samedi 3 juillet) pour qu’on se croit vraiment dans un labyrinthe. Rassurez-vous, la météo annoncée cette semaine s’annonce orageuse. Une bonne nouvelle pour faire pousser, plus rapidement, ces (futurs) murs de maïs.