Luxembourg Les habitants de Regné et de Fraiture n’en veulent pas. Un comité de défense se met en place.

Le projet de parc éolien, à implanter au lieu-dit bois de Groûmont, à l’est de l’autoroute E25 entre Baneux (Lierneux) et Fraiture (Vielsalm) suscite une levée de boucliers.

Lors de la première réunion d’information, organisée par la société EDF Luminus, ils étaient nombreux à manifester leur opposition à l’implantation de cinq éoliennes sur ce site. Les habitants de Regné et de Fraiture, deux villages de la commune de Vielsalm, sont particulièrement remontés.

"Des éoliennes de 200 mètres de haut, soit 20 mètres de plus que celles du Lambiester, vont détruire le patrimoine paysager", tonne un habitant de Fraiture. " Ce projet, qui équivaut à construire cinq immeubles de 45 étages, en zone rurale, est tout à fait inacceptable. L’impact environnemental sera désastreux, tant sur les paysages que sur les oiseaux migrateurs, comme le milan royal ou la grue cendrée. "

Les nuisances sonores et visuelles, liées aux effets stroboscopiques, de même que la dévaluation immobilière et l’impact négatif sur le tourisme, ont également été évoqués. "Ce projet entraînera un manque à gagner pour les propriétaires de gîtes mais aussi pour les gestionnaires des pistes de ski de La Baraque de Fraiture", déplore-t-on. "Les activités de tous les acteurs touristiques de la région seront impactés négativement."

Les riverains sont d’autant plus en colère qu’un deuxième projet de parc éolien, à cheval sur les communes de Lierneux et de Manhay, porté par la société Storm, est à l’étude. S’il est mené à son terme, il se réalisera en deux phases avec, au total, neuf éoliennes supplémentaires.

Dans la commune de Vielsalm, un comité de défense se met en place. Le bourgmestre de Lierneux, André Samray, souligne, pour sa part, qu’il attend d’avoir pris connaissance des réclamations écrites avant de prendre position sur le projet à développer au bois de Groûmont. Les courriers sont à adresser à l’administration communale de Lierneux avant le 15 mars.

Nadia Lallemant