Le concept est simple : imposer une taxe annuelle communale sur les emplacements de parking mis gratuitement à disposition et desservant des immeubles affectés à une activité commerciale.

« Le taux de la taxe est fixé à 112 € par emplacement et par année. Il est réduit à zéro pour les trente premiers emplacements ainsi que ceux réservés aux personnes handicapées, aux membres du personnel ainsi qu’au covoiturage. Elle est due par le propriétaire des emplacements de parking », explique-t-il. Cette proposition à plusieurs objectifs : d'un point de vue écologique, l’idée est de pousser les grandes surfaces à éviter d'avoir des parkings surdimensionnés et de revégétaliser certains espaces. Elle vise également à favoriser des espaces dédiés au covoiturage. « Par ailleurs, cette mesure permet de soutenir le commerce local, étant donné que les recettes sont estimées à plus de 300.000 € par an. Cela permettrait de pérenniser certaines mesures prises pendant le covid au profit des petits commerçants et des citoyens arlonais », poursuit-il. Concrètement, des enseignes prestigieuses comme Decathlon, Quick & Pizza Hut, Carrefour & Brico, Luxus & Trafic, Delhaize, Lidl, Hubo, Home Deco & Royal Wok, FACQ par exemple mettraient la main au portefeuille. Une fois n’est pas coutume, la majorité en place est plutôt d’accord avec cette proposition. « C’est une idée à creuser et nous allons l’étudier sérieusement. Il faut analyser les différents aspects juridiques et également les retombées commerciales pour ces enseignes. En pleine crise du covid, il faut aussi être prudent vis-à-vis des commerçants en ne leur ajoutant pas de taxes supplémentaires. Bref, un travail de fond à entreprendre avant d’aller plus loin. Nous reviendrons vers le groupe Ecolo+ dans les prochaines semaines », a-t-elle expliquée en substance.