A La Roche-en-Ardenne, ils attendent le feu vert de la Région wallonne

Les kayaks restent à quai à La Roche-en-Ardenne. Les loueurs se préparent à la réouverture en concertation avec les autorités communales mais aucune date n’a  encore été fixée.

"La Région wallonne n'autorise pas la location de kayaks à des fins récréatives", souligne le bourgmestre Guy Gilloteaux. "Les loueurs rochois n’enfreignent pas l’interdiction. Les bourgmestres feront le point, sur ce dossier et sur d’autres, avec le gouverneur, au cours d’une réunion programmée ce lundi."

La Fédération des loueurs de kayaks ne partage pas cette analyse. " La pratique a été autorisée, pour les propriétaires de kayaks, le 4 mai dernier", rappelle Stéphane Marin, président de la Fédération. "Depuis jeudi, les activités physiques en plein , tout comme la location et la vente de matériel, sont autorisées par le Conseil national de sécurité. Le kayak est un sport, au même titre que le vélo, et, dès lors, les locations peuvent rouvrir."

Le Rochois Manuel Goldschmidt, gérant de la SPRL Ardennne Aventure, préfère attendre le feu vert de la Région wallonne avant de remettre les kayaks à l’eau. "Le bourgmestre nous informera après la réunion chez le gouverneur. Nous espérons rouvrir la semaine prochaine en croisant les doigts pour que le niveau de l’eau sera toujours suffisant."

L’inquiétude est vive pour la saison 2020. "La dernière location remonte au 30 juin 2019" se rappelle-t-il. "Le niveau de l’Ourthe était, en effet, trop bas et nous n’avions pas pu ouvrir pendant les vacances d’été. Cette année, la crise sanitaire du coronavirus a compromis le début de la saison. En effet, c’est la première fois depuis la création de notre société que nous sommes fermés au printemps."

La société Ardenne Aventure se prépare à rouvrir en prenant un maximum de précautions pour assurer la sécurité des kayakistes. "Nous avons commandé des masques et du gel hydroalcoolique. Durant le trajet en bus, le port du masque sera obligatoire. Les réservations se feront en ligne afin de limiter le nombre d’inscrits. La location ne sera accessible que sur réservations", conclut  Manuel Goldschmidt.