Luxembourg La province comptera six députés régionaux au lieu de cinq après le scrutin du 26 mai

Le 26 mai prochain, à la Région, le vote des électeurs luxembourgeois sera davantage démocratique car plus proportionnel. En effet, à la suite du combat mené par les écologistes Cécile Thibaut et Nicolas Stilmant au Conseil d’Etat, les deux circonscriptions d’Arlon-Marche-Bastogne et de Neufchâteau-Virton ont fusionné. Le nombre de députés régionaux passera de cinq à six grâce à une meilleure répartition des sièges en fonction de la population réelle.

Sénatrice cooptée depuis 2009, Cécile Thibaut est confiante. "La circonscription unique nous permettra, sans doute, d’avoir le premier élu direct au parlement wallon", souligne-t-elle. "Tête de liste à la Chambre, j’occupe une place de combat. Si, à ce niveau de pouvoir nous décrochons aussi un siège, ce sera la cerise sur le gâteau."

Au CDH, René Collin, président provincial, vise le maintien des quatre sièges. "Lors du précédent scrutin, ils avaient été attribués, au fédéral, à Benoît Lutgen et Isabelle Poncelet, et à la Région, à Josy Arens et à Dimitry Fourny. Si deux de ces candidats ne se représentent pas - Benoît Lutgen est tête de liste à l’Europe - nos listes allient expérience et jeunesse. L’objectif du CDH est de rester le premier parti de la province."

Au PS, Philippe Courard, président provincial, élu à la Région en 2014, table sur le maintien de deux sièges, l’un à la Chambre, l’autre à la Région, malgré le départ de Sébastian Pirlot, député fédéral sortant. "La réorganisation des troupes place des femmes jeunes, comme Mélissa Hanus, tête de liste à la Chambre, au premier plan. A ce niveau de pouvoir, les trois premières places ont été dévolues à des candidats de moins de 30 ans."

Au MR , Benoît Piedboeuf, président provincial et député fédéral sortant, vise le maintien des trois sièges, soit un à la Chambre et deux à la Région. Pour rappel, lors du précédent scrutin, les élus directs étaient Willy Borsus et Yves Evrard. La première suppléante, Carine Lecomte, était devenue députée régionale, au départ de Willy Borsus pour le fédéral, et avait par la suite avait cédé son siège à Eric Lejeune.

N.L.