Une œuvre maîtresse de Spilliaert a rejoint le Mudia, le musée didactique d’art de Redu (Libin), vendredi soir. Après avoir dévoilé une peinture de Toulouse Lautrec au printemps dernier, le musée invite le public à découvrir une autre perle rare : une œuvre exceptionnelle du peintre belge Léon Spilliaert né à Ostende en 1881 et décédé à Bruxelles en 1946.

© D.R.

Cette œuvre allie subtilement aquarelle, pastel, crayons de couleurs et encre. Elle est caractéristique du style très singulier de l’artiste qui fut proche du milieu symboliste. Intitulée  " Baigneuse accroupie, jeu d’ombres", l’oeuvre est signée et datée de 1910, une des meilleures périodes de la carrière de l’artiste. Son sujet féminin et l’horizon marin sur lequel il se détache dans un sentiment de vide immense, sont structurés par des lignes courbes à la limite de l’abstraction.

Durant la pandémie, le musée est accessible sur rendez-vous, tous les week-ends, les jours fériés et durant les vacances scolaires. Cette formule intimiste s’adapte parfaitement au parcours feutré du musée. Les flux, organisés en petites bulles, permettent aux enfants et aux adultes de profiter de toutes les animations et de tous les jeux dans de bonnes conditions.

 " Au bout d’une année de pandémie, le bilan est surprenant' souligne le responsable du musée.  " Le nombre de visiteurs, composé d’individuels et de familles, de francophones et de néerlandophones, en période de pandémie, est un record. Les plages de réservations se remplissent à un rythme soutenu. Les équipes travaillent en étroite collaboration avec les hébergements touristiques de la région."

En juillet prochain, le premier festival Mudia animera Redu dans le prolongement de la fête nationale. Durant ce festival, du 23 au 25 juillet, une importante exposition, intitulée  "Le Tour de Belgique en BD" produite par le Centre Belge de la Bande dessinée de Bruxelles, sera proposée au public dans le village de Redu.