Il y a quelques semaines, nous avions donné la parole à René Collin, le patron de plusieurs établissements (pizzerias) dans la région de Libramont. Le dernier établissement en date, la Romantica, un restaurant cabaret Dancing, a ouvert ses portes en début d’année. Aujourd’hui, son avenir est plus qu’incertain.

 Suite au dernier Conseil National de Sécurité tenu cette semaine, les mesures sanitaires ont une fois de plus été modifiées. Un casse-tête pour le milieu de l’évènementiel et de la restauration. « La capacité du restaurant Dancing est de 500 personnes. Cette semaine, on pouvait encore recevoir jusqu’à 200 personnes, puis le Fédéral nous impose 100 clients maximum pour la salle de spectacle. Je relance un cri d’alarme après cette décision : c’est plus qu’une catastrophe ! Pourquoi ? En août, on pensait obtenir plus de rentrées. Des spectacles et des artistes étaient programmés. Les dernières mesures du Fédéral sont arrivées. Ça change tout le temps. Bref, on ne pourra pas faire venir une centaine d’artistes le mois prochain. Après quatre mois sans ressource, car nous ne sommes pas subventionnés, on doit quand même payer les frais fixes, les charges…L’an dernier, pas moins de 350 000 euros d’investissement ont été réalisés pour créer cet établissement. En résumé, si on ne recommence pas à travailler normalement en septembre, on risque la fermeture », indique-t-il aujourd’hui. 

Comme d’autres restaurateurs indépendants, il est en colère et plaide pour un assouplissement des règles.