A la mi-septembre, l’approvisionnement en eau potable de la commune de Libramont était insuffisant. Les capacités des réserves ayant fondu, la bourgmestre Laurence Crucifix avait déclenché la phase communale d’urgence et réuni la cellule de crise communale. Des solutions avaient rapidement été trouvées grâce à l’aide de la société Solarec et de la Société wallonne des Eaux. Des camions avaient réapprovisionné les différents réservoirs.

Ce mardi, la bourgmestre et l’échevin de l’eau, Bernard Jacquemin, ont fait le point sur la situation actuelle et évoqué les perspectives. Si la commune n’est plus en pénurie, les mesures de restriction restent d’actualité. Il est demandé à la population d’être encore plus vigilante et de consommer l’eau avec parcimonie.

 " Il faut d’avantage sensibiliser la population", précise Bernard Jacquemin.  "Quatre fontainiers sont perpétuellement sur la brèche pour repérer toutes les fuites. Nous avons un des réseaux d’eau les plus sécurisé de la province avec un rendement de 78%. Il y a 22% de fuite maximum, ce sont des très bons chiffres."

La collaboration avec la SWDE a  été renforcée pour collecter plus rapidement les données de consommations.  " Les entreprises de notre territoire sont directement alimentées par la SWDE. La commune, elle, alimente le privé, mais la SWDE nous sécurise en eau quand c’est nécessaire ", explique Laurence Crucifix.  "Quand nous prenons de l’eau, ce sont des apports ponctuels. C’est une sécurité qui nous permet d’affirmer qu’il y aura toujours de l’eau au robinet sur le territoire."

Les travaux du plan triennal de la sécurisation d’approvisionnement en eau, voté en 2019, ont débuté cette année. Ce plan est issu du schéma directeur de distribution d’eau. Il implique des nouvelles canalisations entre Nimbermont et Remagne pour traiter l’eau de Remagne dans la station de Nimbermont, mais aussi, le remplacement des canalisations entre Bras et Séviscourt par un diamètre plus important pour sécuriser les deux entités.

Le 15 octobre prochain, les travaux du puits débuteront près de la villa Renards. L’eau sera amenée à la station de Libramont-Chevigny (10m3/h). Tous les compteurs de plus de 15 ans sont remplacés, à raison de 600 compteurs par an, pendant 3 ans. "L’action a été freinée par la crise du Covid, mais ça avance", précise l’échevin de l’eau.  "Nous sommes à 300 compteurs cette année. L’installation de nouvelles canalisations entre Bras et Libramont se fera en 2021 pour traiter l’eau, avec une possibilité d’alimentation plus importante à partir de Libramont."

La commune veut aussi anticiper l’évolution de la population. " Nous allons prospecter pour faire de nouveaux puits et ainsi sécuriser encore plus notre réseau. Le plan triennal représente près de 3 millions d’investissements. Tout sera mis en oeuvre pour maintenir notre réseau d’eau. Ces dix dernières années, près de 8 millions d’euros ont déjà été investi dans le réseau de distribution ", conclut la bourgmestre.