Luxembourg Une réunion vient d’avoir lieu à Aubange. Les alternatives seront analysées

La mobilisation des riverains de la ligne à haute tension Aubange-Esch-sur Alzette ne faiblit pas. Le 4 mai dernier, ils étaient 150 dans les rues d’Aubange à réclamer son enfouissement ou, à tout le moins, son déplacement. Les manifestants ont marché de la rue de Messancy à la centrale électrique Linalux pour rappeler que cela fait 11 ans que le conseil d’Etat a cassé le permis pour l’implantation du second terne et qu’aucune mesure n’a été prise pour régulariser la situation.

Le gestionnaire de réseau, Elia, vient de réaffirmer sa volonté d’avancer et de trouver une solution. "En 2010, un complément de dossier a été introduit afin de justifier de l’utilité publique et ainsi régulariser la situation mais le dossier est toujours pendant à la Région wallonne", explique Mélanie Laroche, porte-parole du gestionnaire de réseau. "Elia entend bien les inquiétudes des riverains et souhaite pouvoir apporter une solution rencontrant les besoins du réseau, tout en répondant aux interrogations de la communauté."

Dans cette optique, une première rencontre s’est déroulée, lundi, à Aubange. "L’ambiance était sereine et constructive", précise le bourgmestre Jean-Paul Dondelinger. "Le gestionnaire va étudier les alternatives, comme le déplacement ou l’enfouissement. L’attitude du gestionnaire de réseau a changé, d’une part, car le risque de rayonnement électromagnétique, en particulier sur les enfants, est avéré, d’autre part, car la technologie a évolué."

Mélanie Laroche précise qu’une rencontre aura lieu également, en principe ce vendredi, à Messancy. Ensuite, une réunion publique, préalable à l’étude d’incidences, serra organisée. "Le cadre légal a évolué", poursuit-elle. "La procédure sera lancée après la réunion organisée pour les riverains. Il est prévu de faire appel à des bureaux indépendants et à des experts afin d’analyser la situation, en particulier l’impact sur la population. Par la suite, une analyse des alternatives sera faite."

Elia rappelle que cette ligne à haute tension permet de garantir la sécurité d’approvisionnement en électricité des riverains, de part et d’autre de la frontière belgo-luxembourgeoise, ainsi que des industries. Elle constitue une interconnexion avec le Grand-Duché et contribue ainsi à atteindre l’objectif d’intégration au réseau européen.

N.L.