Un homme de 33 ans originaire de Sainte-Ode est actuellement poursuivi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour des publications à caractère raciste sur les réseaux sociaux. 

Les préventions vont de la minimisation du génocide nazi à l’incitation à la haine envers les communautés étrangères. Pour le prévenu, il s’agit surtout d’une forme d’humour un peu trash. Des blagues douteuses qu’il pensait réservées à un cercle restreint d’amis. « Je pensais que ces photos resteraient dans un cadre privé. Je n’avais pas fait attention au fait que plusieurs d’entres elles avaient été mises en public. » Au menu : publications tournant en dérision la Shoah, le Zyklon B, la famine en Éthiopie, la pédophilie… « Et vous trouvez ça drôle ? Des blagues sur la pédophilie, ça vous fait rire ? » interroge la présidente du tribunal. Et le trentenaire d’invoquer une certaine forme d’humour noir. « Après coup, je me suis rendu compte de l’ampleur que ça pouvait prendre. J’ai depuis lors effacé toutes ces publications. Je suis passé à autre chose. » Il est également question de vidéos montrant l’intéressé injurier un camp de gitan depuis sa voiture et autres saillies racistes du genre. Quand ce n’est pas Hitler qui s’invite au fil des publications. « Il y a dans ce pays un grand principe, qui est celui de la liberté d’expression », rappelle la présidente du tribunal. « À moi d’apprécier si vous avez dépassé les limites. » Le parquet réclame une peine de travail de minimum 120 heures. La défense sollicite la suspension du prononcé. « Monsieur n’est absolument pas le seul à véhiculer ce type de photos sur les réseaux sociaux », souligne son avocate. Jugement prononcé le 12 décembre.