On annonce une pénurie de médecins partout dans la Province d’ici 2025.

Neufchâteau a décidé de s’attaquer au problème de pénurie de médecins généralistes. Rien que dans le centre-ville, trois d’entre eux sont aujourd’hui âgés de plus de 60 ans. Ils pourraient donc cesser d’exercer leur profession d’ici 2025. La relève tarde parfois à se montrer.

Le métier est exigeant et certains candidats privilégient aujourd’hui leur vie de famille aux heures supplémentaires. "Nous avions un médecin qui était venu parfaire sa formation. Il ne lui restait que quelques mois à prester, mais il nous a quittés en cours de route. La charge de travail lui faisait peur. S’il ne s’en rend compte qu’après cinq années d’études, c’est un peu trop tard pour changer d’orientation", nous confie un médecin chestrolais, dépité par ce désistement.

Pour inciter ces jeunes licenciés en médecine à exercer en milieu rural, il faut innover. Ou plutôt s’adapter. La commune l’a bien compris. Dès la construction du home Le Clos des Seigneurs (les travaux devraient être finis au printemps prochain), une maison médicale sera opérationnelle à Neufchâteau. "Il ne faut pas abandonner la population. On a donc pris les devants en réalisant une maison médicale. La commune finance le bâtiment. Les médecins se regroupent dans un même endroit. L’avantage ? Ils louent à un prix coûtant. On complète l’offre au niveau médical. L’idée est d’y insérer aussi d’autres professions liées aux soins à la personne. On aura déjà une crèche sur place. Des kinés ou dentistes pourraient aussi venir s’y installer", explique le bourgmestre Dimitri Fourny.

Pas moins de dix espaces/cabinets de consultation sont prévus. Quatre médecins chestrolais ont déjà donné leur accord pour occuper les lieux. Parmi eux, une jeune doctoresse qui a été séduite par le concept. "Elle payera un loyer mais il est moindre que si elle s’installait à son compte", confie encore le bourgmestre. Ce projet fait partie du programme que l’on appelle communément le Chapitre 12. La commune a ainsi investi 1,5 million d’euros pour créer cette maison médicale. "C’est un geste important et indispensable que nous avons voulu faire. Les médecins ont été consultés et la plupart ont adhéré au projet. C’est aussi un plus pour les jeunes qui pourront y exercer leur profession", conclut le bourgmestre.

L.TR.