Luxembourg Mercredi soir, le promoteur flamand Aspiravi a présenté son projet pour implanter 5 éoliennes.

Le village de Nivelet a tout d’un endroit charmant. Du moins, tant qu’il n’a pas les éoliennes prévues dans le cadre des projets portés notamment par Storm ou EDF/Luminus/Alternative Green. Didier Barrière habite en effet en face d’une future implantation.

Le projet en question est encore au stade des études d’incidence mais cet habitat n’est guère optimiste. "On aurait au moins une éolienne, située à 800 mètres de notre jardin. Quelle belle vue directe sur ce machin. Mais je vous avoue qu’on s’en passerait bien", confie-t-il dépité. Cela fait maintenant quatre ans qu’il a déposé ses valises dans la commune.

Après avoir goûté aux joies de la construction, la famille se plaît très bien dans cet environnement et a pris ses habitudes au fil du temps. Mais la probable arrivée d’éoliennes change tout. "On ne vit pas trop bien cette situation. On pense sérieusement à déménager si un des projets aboutit. C’est vraiment dommage mais on ne saurait pas vivre avec les éoliennes en face de chez soi. Outre le fait d’avoir un visuel gâché, n’oublions pas les effets secondaires qu’engendrent les éoliennes (effet stroboscopique, bruit, etc.)."

Bref, sa solution ultime serait le déménagement. Dans l’aventure, Didier subirait aussi une énorme perte financière. "Un expert immobilier est venu la semaine dernière. On attend encore l’estimation de notre maison. En étant réaliste, on sait qu’un bien situé en face d’une éolienne perd environ 30 % de sa valeur réelle. Et si nous devons acheter un terrain, construire une nouvelle maison et remeubler, j’estime la perte à au moins 100 000 euros dans l’aventure. Sans compter l’aspect moral et humain que cela va engendrer", conclut-il.

Avant d’en arriver là, pas mal de vent peut encore souffler. Didier et son épouse savent que personne n’est à l’abri d’un tel scénario et espèrent que la commune pourra trouver une solution pour freiner les différents projets en cours à Léglise. Du côté de la commune, on annonce la mise en place d’un S.O.L. (Schéma d’Orientation local) qui, d’une certaine façon, pourrait freiner l’évolution de certains projets au cours des trois prochaines années.

L.T.