Un homme d’une soixantaine d’années comparaissait jeudi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour avoir détenu et diffusé des images pornographiques impliquant des mineurs. Tout est parti d’une erreur de sa part. Alors que le prévenu envoyait des photos à sa fille via Facebook pour la confection d’un album de famille, une photo à caractère pédopornographique s’est glissée dans le lot. Le réseau social a rapporté l’incident et le parquet s’est emparé du dossier. 

L’ordinateur du prévenu contenait quelques photos et vidéos téléchargées intentionnellement ainsi qu’environ 150 fichiers enregistrés de manière automatique. Le prévenu explique avoir consulté ces sites par simple curiosité, sans éprouver d’attirance particulière pour les très jeunes. « Voir du sexe de 0 à 80 ans, c’est tout ce qui m’intéresse », a-t-il déclaré aux enquêteurs. Le parquet réclame 10 mois de prison avec sursis probatoire. « Visionner ce type de contenu, c’est alimenter des réseaux qui exploitent des enfants parfois très jeunes », souligne le ministère public. Jugement le 20 juillet.