Un témoin a apporté sa version au tribunal ce lundi

Deux prévenus sont poursuivis pour viol et attentat à la pudeur sur Claire (prénom d’emprunt), une femme âgée de 25 ans. Les faits se sont passés dans la nuit du 8 au 9 avril 2018, au domicile de la victime.

Ce lundi, la juge Brilot a écouté la version de Fabrice (prénom d’emprunt), présent au moment des faits et ami des prévenus. La juge Brilot lui rappelle d’abord qu’il ne doit pas mentir sous serment. "Ce serait une infraction pénale", lui dit elle, comme si elle voulait insister, voire éviter, une quelconque protection de la part du témoin envers ses deux camarades.

"Ce soir-là, tout le monde était déjà bien éméché. On avait consommé de la cocaïne et bien bu. On était en terrasse, on avait mis la musique à fond. Les voisins ont même appelé la police car ils se plaignaient du bruit", commente Fabrice. Il poursuivra en affirmant que Claire et ses deux amis sont ensuite montés à l’étage. Lui pas. Qu’ils y seraient restés une bonne demi-heure et que Claire semblait plutôt contente d’être là.

"Moi, j’étais au rez-de-chaussée. Je l’ai entendue crier une fois : "allez-y, défoncez-moi !" Quelques minutes plus tard, Claire est ensuite descendue. Elle semblait moins imbibée qu’avant et portait un pull pour cacher le dessus. Elle souriait et est allée dans la salle de bains. Nicolas et Romain (prénoms d’emprunt), les deux prévenus, sont descendus dans la foulée. Ils rigolaient. Bref, tout le monde semblait avoir passé un bon moment. J’ai aussitôt pensé à un plan à trois", poursuit-il. La suite est assez chaude… "Claire est sortie de la salle de bain, elle est venue s’asseoir à côté de moi, sur le fauteuil. Elle m’a ensuite demandé si je voulais sentir le sexe de mes copains sur sa main. Nicolas et Romain n’ont pas réagi à ces propos, ils étaient en pleine discussion et peut-être n’ont-ils rien entendu."

Selon lui, la victime était donc consentante et aurait accepté une quelconque relation sexuelle. La juge Brilot a ensuite indiqué que la prochaine audience dans ce dossier n’aura lieu que le 11 mai 2020. Claire et les deux prévenus peuvent déjà se préparer à s’exprimer devant elle. A noter que Claire a fondu en larmes une fois qu’elle a quitté la salle d’audience.

L.T.