Céline Tellier a sollicité l’appui des ministres de l’agriculture et des pouvoirs locaux.

Les communes luxembourgeoises impactées par la peste porcine africaine seront-elles bientôt indemnisées par la Région wallonne ? Céline Tellier, ministre de la nature et de la forêt, a annoncé, lors d’une conférence de presse, ce mardi au palais provincial à Arlon, que vu le caractère exceptionnel de l’épidémie, elle était favorable à un soutien financier.

 "Les communes ont fait une estimation du manque à gagner, a-t-elle précisé. Ces données ont été transmises. Une discussion aura lieu au gouvernement afin de dégager des budgets et de fixer les modalités d’octroi des interventions financières. J’ai sollicité l’appui des ministres de l’agriculture et des pouvoirs locaux."

En ce qui concerne la levée de l’interdiction de circuler en forêt dans la zone infectée, attendue par les communes et les exploitants forestiers, elle n’a pas avancé de date. En effet, la ministre n’a pas encore reçu le nouveau rapport du comité scientifique de l’AFSCA sur les risques liés aux travaux forestiers sur la dissémination du virus.

" J’ai sollicité le ministre Denis Ducarme pour qu’il demande à l’AFSCA de rendre un avis en urgence", a-t-elle indiqué. "La décision politique de lever l’interdiction ne peut être prise que sur base d’un avis scientifique indépendant. Je rappelle que l’interdiction a été prolongée jusqu’au 15 mai."

Au niveau de l’évolution de la PPA, les signaux sont positifs. Le nombre de sangliers viropositifs a considérablement diminué depuis le mois d’août, date à laquelle le dernier cadavre a été retrouvé. Cela dit, il reste des sangliers dans la zone infectée et il convient de faire le vide sanitaire pour éradiquer la maladie. La mobilisation des différents acteurs, comme les chasseurs et le DNF, va se poursuivre afin d’atteindre cet objectif.

Le gouverneur Olivier Schmitz a, de son côté, souligné que même si l’on s’oriente vers une sortie de crise, le travail n’est pas terminé.

Il a annoncé qu’une réunion avait mis en présence, mardi matin, les acteurs locaux et privés, et qu’il avait pris un nouvel arrêté de police pour limiter la présence des camps de mouvements de jeunesse dans la zone infectée.