Les travaux de construction de la piste d’athlétisme de Marche rencontrent quelques imprévus. Le 18 juin dernier, un problème d’implantation est apparu au démarrage du chantier. La construction de la nouvelle piste nécessite une bande supplémentaire. Une bande comprise entre la piste actuelle et le sentier boisé qui mène au Home Libert, et dont le CPAS a cédé l’emphytéose à la ville qui doit maintenant la céder à la régie sportive communale. Le point était à l’ordre du jour du conseil communal de lundi soir. 
« Ces modifications impliquent des coûts supplémentaires qui restent à évaluer », explique l’échevin des Sports Christian Ngongang. « Nous allons introduire une demande de subsides complémentaires pour faire face à ces frais non prévu à l’origine. » Des modifications liées à l’évolution de la jurisprudence des services administratifs d’Infrasport. « Il n’y a pas eu d’erreur dans la préparation de ce dossier : la commune n’est absolument pas responsable », précise René Collin, conseiller communal de la majorité et ancien ministre wallon des Sports. 
Reste que d’autres problèmes ont été soulevés en dehors des questions cadastrales. « Sur le plan purement technique, la société qui s’occupe des travaux s’est rendue compte qu’il fallait rajouter une couche supplémentaire sur la piste » , explique le conseiller MR Salim Merhi, qui déplore un manque de vision globale du dossier. « C’est un aspect qui n’avait pas été étudié à l’origine. L’entreprise ne pourra donc pas faire la finition de la piste cette année. » Le conseil a toutefois voté la cession de la bande supplémentaire et la demande de subsides à l’unanimité.