Luxembourg Le nouveau quartier doit voir le jour au sein d’un parc communal, l’opposition regrette la disparition d’un poumon vert.

L’avis d’urbanisme publié cet été relance la polémique autour du futur quartier Saint-François à Marche. Un dossier dont les prémices remontent à plusieurs années déjà. En 2015, le conseil communal approuvait la vente du parc des pères franciscains à la Société wallonne de logement pour y construire 230 logements à destination des revenus moyens. Déjà réticente à l’époque, l’opposition MR a profité du lancement de l’enquête publique pour réaffirmer ses réserves à l’égard du projet.

"Un projet qui va impacter lourdement le dernier poumon vert intra-muros de notre ville", peut-on lire sur la page Facebook des libéraux marchois. " Ce parc mériterait pourtant d’être valorisé et préservé, car ce quartier va déjà accueillir plus de 400 logements en dehors de ce nouveau projet."

La majorité CDH-PS n’a pas tardé à réagir par posts interposés. "Le ‘parc’ Saint-François n’a jamais rempli sa fonction sociale de parc public. Il est insuffisam ment fréquenté. Il s’agit d’un ensemble décousu, formé par des chemins dont certains ne sont pas entretenus et où le maquis et les ronces ont pris pleinement leur place."

Jeudi , l’opposition écologiste marchoise s’est à son tour jetée dans l’arène pour fustiger la politique de la majorité. "Assez pitoyable, la réponse aux détracteurs du projet, disant que ce parc peu fréquenté ne remplit pas son rôle d’es pace vert au centre de l a ville" , estime la conseillère Ecolo Nicole Graas.

"Ce n’est pas exact sur le plan purement écologique et sur le plan de sa fréquentation soi-disant faible par les habitants. Celle-ci pourrait être objectivée par un mesurage et stimulée par des aménagements. Un appel à pro positions pourrait être lancé pour renforcer l’attractivité de ce qui fut, jadis, le merveilleux parc de détente des élèves de Saint-François et qui se dégrade faute d’attention…"

Dans sa déclaration de politique communale 2012-2018, la coalition CDH-PS s’était pourtant engagée à accorder une attention toute particulière aux parcs urbains, dont celui de Saint-François. "Étonnant que ce parc ait été vendu durant la législature où ce po int avait été inscrit dans le DPG", souligne encore la conseillère écologiste.

Du côté de la majorité, on invoque la nécessité d’investir dans le logement social acquisitif pour répondre à la demande des revenus moyens tout en préconisant la densification de l’habitat en centre-ville. "L’idée maîtresse du projet consiste à bâtir en harmonie avec l’environnement naturel" , assurent les partenaires de majorité. "Notre volonté est d’embellir, assainir et protéger le parc et l’étang , pour un vrai parc accessible à tous."

Le dossier sera transmis au collège pour avis après enquête publique.