Ils couchaient ensemble et s’envoyaient des fichiers pornographiques

Un ancien éducateur de 46 ans est actuellement poursuivi devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour attentat à la pudeur et incitation à la débauche envers une jeune fille de 15 ans.

Le quadragénaire reconnaît avoir entretenu une relation sexuelle avec l’adolescente. "Elle passait régulièrement devant chez moi. On s’est parlé à de nombreuses reprises sans qu’il ne se passe rien. Puis est survenu le décès de sa grand-mère. Elle est arrivée en pleurant, elle s’est jetée dans mes bras, et il est arrivé ce qui est arrivé."

Selon le prévenu, l’adolescente se confiait régulièrement à lui. À propos de ses problèmes à l’école, de sa grand-mère, de son mal-être général. "Ce qui est douloureux dans ce dossier, c’est qu’elle est amoureuse de vous", souligne la présidente du tribunal. "Elle culpabilise de vous avoir enfoncé, alors qu’elle n’est coupable de rien. Sa première expérience sexuelle, c’est celle-là. C’est désastreux."

L’adolescente et le prévenu s’échangeaient également des images à caractère érotique. Selon ses propres aveux à la police, l’intéressé en demandait toujours plus, entraînant la jeune femme toujours plus loin dans la débauche. "Il y a des dossiers dans lesquels les mineures ressemblent déjà à des femmes", observe la présidente du tribunal. "Mais dans ce dossier, quand on voit les photos, c’est une enfant en train de devenir femme, mais ce n’est pas une femme. C’est encore une gamine !"

Le prévenu a travaillé 9 ans comme éducateur, dont 4 auprès d’adolescents en difficulté. "Vous êtes le mieux placé pour savoir que cette gamine était une proie facile. Ce qui est terrible, c’est que vous vous présentez comme un protecteur, et vous passez de protecteur à prédateur."

Les parents de la jeune fille se sont constitués parties civiles. La défense ayant sollicité l’avis d’un centre de santé mentale, réquisitoire et plaidoiries ont été reportés au 14 mai 2020.