L’OGBL et la FGTB Luxembourg se mobilisent pour défendre les travailleurs impactés par le saut d’index, annoncé pour le mois d’août au Luxembourg. Une manifestation est organisée le 1er mai à Luxembourg.

" La récente tripartite, censée apporter des réponses à la flambée des prix de l’énergie, s’est transformée en une véritable opération de manipulation de l’index, déplore Nora Back, présidente de l’OGBL. Le 30 mars dernier, l’OGBL a refusé, de donner son accord à l’inacceptable proposition faite par le gouvernement dans le cadre de cette tripartite, s’opposant à une vaste opération de redistribution à l’envers, c’est-à-dire du bas vers le haut."

Selon Nora Back, cet accord, signé par les deux autres syndicats, n’est rien d’autre qu’un cadeau fait aux entreprises et ce, avec l’argent des salariés, des pensionnés et de leurs familles. " Le paquet de mesures retenues pèsera lourdement sur le pouvoir d’achat de quasiment l’ensemble des salariés et des pensionnés. Sans parler des conséquences sur l’avenir du système d’indexation au Luxembourg. Or, nous ne sommes pas en période de récession. Le secteur bancaire a vu ses recettes augmenter de 30 % en 2021."

Jacques Delacollette, secrétaire central de l’OGBL, responsable des frontaliers, précise que le report de l’index impactera environ 75 000 frontaliers belges, soit 50 000 travailleurs actifs et 25 000 pensionnés. "Si on ne se mobilise pas, les acquis vont être perdus, prévient--il. Des actions ont été mises en place pour sensibiliser les frontaliers. Des tracts ont été distribués dans les gares et sur les marchés."

Le 1er mai, des bus seront affrétés au départ de Bastogne, de Martelange, d'Arlon et du site sidérurgique de Redange pour conduire les militants devant la gare de Luxembourg, point de départ de la manifestation. Les manifestants défileront en cortège dans les rues de la capitale grand-ducale. Ils se rendront ensuite sur le site de neimënster où la fête du travail sera célébrée de manière combative.