Les faits s’étaient déroulés le 31 mai 2017 en soirée, au sein de l’Ecole d’Enseignement Spécialisé de la Communauté Française à St-Mard (Virton). Nous vous les relations dans notre édition du 3 février 2020 (https://www.dhnet.be/regions/luxembourg/des-coups-a-une-trisomique-5e3826479978e2348705a1d6). Sarah, 15 ans au moment de l’agression, est atteinte de trisomie. Elle prétendait que, ce soir-là, son éducatrice l’avait pris par le cou et l’avait étranglée. 

La partie civile réclamait un dédommagement d’un euro pour la maman de Sarah, et 2500 euros à titre provisionnel pour Sarah. L’éducatrice avait quant à elle changé de travail et réfuté les accusations. Du moins, elle avait minimisé celles-ci. Son avocat, Me De Coster, prétendait qu’elle était victime d’une cabale quand certains affirmaient qu’elle n’en était pas à son coup d’essai en matière de maltraitance. Le verdict est tombé : vu l’absence d’antécédent, l’éducatrice est quand même condamnée à 18 mois de prison, avec un sursis probatoire. De plus, elle devra suivre une formation spécifique pour gérer sa colère.