C’est un dossier exceptionnellement long dont était saisi le tribunal correctionnel de Neufchâteau mardi matin. Quatre hommes doivent y répondre d’un trafic de stupéfiants dont les premiers épisodes remontent à 2014. Désigné par ses comparses comme l’élément pivot de l’opération, le principal suspect se rendait toutes les semaines à Maastricht pour s’approvisionner en cannabis qu’il revendait par l’intermédiaire de ses “amis d’enfance”. Jusqu’à 500g par voyage. C’est en tout cas la thèse soutenue par ses complices et reprise par le parquet. Car l’intéressé conteste.

J’allais en Hollande pour me promener.” Le jeune homme reconnaît une consommation débridée, voire quelques dépannes. Mais pas de trafic à proprement parler. Entendu dans le cadre d’un premier dossier, puis d’un second, il sera intercepté en juillet 2018 avec 165g dissimulés derrière son tableau de bord. Le parquet réclame 2 ans et 3.000€ d’amende à son encontre. Une confiscation par équivalence de 157.000€ a également été requise, mais à l’encontre d’un autre prévenu, initialement désigné comme le cerveau du trafic. “Quoique cette somme devrait être reportée sur monsieur”, estime le substitut. Des atermoiements que n’a pas manqué d’épingler la défense. “En réalité, objectivement, qu’est-ce qu’on a ? Une perquisition et 168g de cannabis. Après 7 ans d’enquête.” Jugement le 25 mai.