La transaction, dont le montant n’a pas été précisé, porte sur les six sites de production de Sigma, cinq en Belgique (Lievegem, Cornby, Amando, Dacor, Champlon) et un aux Pays-Bas, ainsi que sur les marques Imperial et Stegeman, telles que Marcassou, Leielander et Bistro, et les marques sous licence de Sigma (Aoste, Justin Bridou), détaille Ter Beke.

Les sites précités et leurs travailleurs poursuivront leur activité habituelle, assure le groupe alimentaire belge.

La transaction devrait être clôturée dans les mois à venir, sous réserve des approbations des autorités de la concurrence.

«Unir nos forces avec Imperial et Stegeman nous permettra […] de mieux répondre aux tendances du marché alimentaire, telles que l’importance accrue du snacking et l’adoption de produits végétariens et à base de plantes», commente Piet Sanders, CEO de Ter Beke.

La multinationationale Sigma possède un portefeuille diversifié de marques de premier plan et exploite 70 usines et 210 centres de distribution dans 18 pays à travers quatre régions clés: le Mexique, l’Europe, les États-Unis et l’Amérique latine. En 2020, l’entreprise a déclaré un chiffre d’affaires de 6,347 milliards de dollars et un Ebitda de 684 millions de dollars.

Ter Beke, de son côté, est spécialisé dans la production et la vente de charcuterie fine et de plats cuisinés, préparés sur 12 sites industriels en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Pologne et au Royaume-Uni. La société, cotée en Bourse, emploie quelque 2.650 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires de 717,4 millions d’euros en 2020.