Un Érythréen de 34 est actuellement poursuivi devant le tribunal correctionnel de Marche pour tentative de meurtre au couteau sur deux réfugiés du centre Croix-Rouge de Melreux. Les faits se sont produits le 11 juillet dernier, lors d’une dispute entre plusieurs demandeurs d’asile. Le prévenu affirme n’avoir fait que se défendre. Une version contredite par les témoignages recueillis sur place. 

Le parquet a requis 3 ans d’emprisonnement. Mais des inconnues subsistent. Victime d’un accident l’année précédant les faits, le prévenu aurait développé de sérieux troubles de la personnalité, totalement ignorés dans le cadre de l'enquête. « La personnalité de monsieur laisse penser qu’il souffrirait de troubles psychologiques », soulignait son avocat Yves Duquenne dans sa plaidoirie du 11 septembre. « J’ai demandé qu’on procède à une expertise psychologique et psychiatrique, mais cela m’a été refusé. » Tout aussi interpellant, les analyses sanguines réalisées à l’époque pour déterminer le taux d’imprégnation alcoolique des différents protagonistes ont depuis lors été détruites. Moins de deux mois après les faits, et alors que le dossier n’était toujours pas clôturé. 

Vendredi, le tribunal a finalement fait droit à la demande de l’avocat en ordonnant qu’une expertise psychiatrique soit réalisée. Celle-ci doit déterminer l’influence que l’accident de 2019 aurait eue sur le psychisme du prévenu.