La maison du tourisme de Gaume a notamment lancé un produit qui a bien marché.

S’il y a bien une région qui a été fortement impactée par la peste porcine africaine (PPA), c’est la Gaume ! 

Ici, il a fallu réagir assez rapidement aux innombrables fermetures de bois et forêts qui ont été imposées par les autorités compétentes. "Et on s’est plutôt bien adaptés, on a su rebondir", confie d’entrée Virginie Mohy, la nouvelle directrice de la maison du tourisme de Gaume. C’est notamment grâce à la mise en place d’un nouveau produit touristique que la Gaume a, si l’on peut dire, limité les dégâts en termes de fréquentation. "Nous avons lancé le concept des promenades bucoliques. Un outil tout neuf, interactif et à destination de tous. Il est composé de 29 fiches cartographiées pour tout public (8 randonneurs, 12 familles, 8 poussettes, 1 PMR…). L’idée est de se promener à travers champs et villages, ou dans les bois qui ne sont pas fermés. Avec le recul, on peut dire que cette formule a connu un franc succès dès son lancement. Que ce soit auprès des touristes étrangers ou des gens du coin. Au fil du temps, les balades sont devenues un produit incontournable", poursuit-elle.

Fort de ce succès, le concept va d’ailleurs être amélioré dans les prochaines semaines. La maison du Tourisme souhaite en effet pérenniser les balades dans son programme en 2020. Quant au niveau de fréquentation, difficile de savoir aujourd’hui qui a beaucoup perdu en Gaume. "S’il est vrai qu’on constate une baisse de fréquentation à la maison du tourisme, je ne dirais pas que c’est à cause de la PPA. Pour l’affirmer, il faudrait idéalement réaliser une étude plus poussée pour réellement connaître les impacts réels de cette crise PPA. À la maison du tourisme, nous avions lancé un sondage/étude auprès de quelques professionnels du secteur touristique de la région (Horeca/secteur hôtelier). Les résultats obtenus ne nous permettent pas de dire avec certitude qui a perdu beaucoup d’argent ou pas", conclut-elle. 

On termine en disant que la maison du Tourisme a aussi amélioré sa communication, notamment sur les réseaux sociaux. Histoire de rassurer les touristes les plus sceptiques et d’attirer encore plus de monde en Gaume.