Le parquet du Luxembourg a requis 8 mois de prison à l’encontre d’un agriculteur de la commune de Libin. Ce dernier est suspecté d’avoir saccagé des clôtures, ravagé des culture avec désherbant et engin agricole, ou encore d’avoir délibérément entaillé des dizaines de boules de foins. Le prévenu n’aurait pas accepté la mise en location par la commune d’une partie des terrains qu’il occupait. 

L’agriculteur qui en a hérité affirme avoir été la cible d’une véritable campagne de sabotage et de harcèlement. « Pendant quatre ans, le prévenu a fait vivre un véritable enfer à mon client », explique Patrick Davreux, avocat de la partie civile. « Il a déposé des ustensiles comme de l’eternit ou des fils barbelés dans ses champs pour endommager ses engins agricoles, a éventré une quarantaine de boules de foin, a détruit ses clôtures... En 2017, voyant que mon client était en train de le filmer, il l’a pris à partie, fou furieux, et lui a pris son GSM des mains pour le casser. » La commune s’est également constituée partie civile pour destruction de clôtures. 

La défense conteste fermement. « Vous n’avez aucun élément constitutif, aucun témoin », souligne l’avocat Didier Bernard. « Et même s’il subsiste un doute, alors vous devrez acquitter mon client. » Le parquet ne s’oppose pas à un éventuel sursis compte tenu de l’absence d’antécédents. Jugement le 8 juin.