A un mois des élections, l’UCM plaide pour la création d’une Zone de Développement Frontalière

Selon l’UCM Mouvement Luxembourg, aucun parti politique ne tient compte de l’essor du Grand-Duché pour dynamiser le sud de la province de Luxembourg. A un mois du scrutin régional et fédéral, il déplore l’absence de proposition et lance l’appel aux candidats.

"La province de Luxembourg a subi une évolution démographique importante", relève Philippe Ledent, vice-président exécutif de l’UCM. "De 1991 à 2015, la population a augmenté de 19,8 %. Or, l’évolution est contrastée entre les communes situées le long des axes E 411 et N 4, et les autres souvent plus enclavées. La principale dynamique qui influence notre province est celle du développement du voisin grand-ducal."

Les projections de l’Institut de Statistiques Luxembourgeois sont éloquentes : 759 000 habiteraient au Luxembourg en 2030, soit une augmentation de 150 000 habitants. L’emploi total augmenterait de 100 000 unités en 10 ans pour atteindre 572 000 en 2030. L’Union des Entreprises Luxembourgeoises table, pour 2040, sur 960.000 salariés au Luxembourg dont 148.000 frontaliers belges. Ils sont un peu plus de 45.000 aujourd’hui. Les statistiques belges ne sont pas aussi optimistes et l’UCM se demande dans quelle mesure on a tenu compte des perspectives luxembourgeoises pour les évaluer.

"Il faut tirer profit de cette opportunité", poursuit Philippe Ledent. "Il est irresponsable de ne pas prendre en compte l’importance des bénéfices à tirer de la proximité et du développement de la métropole luxembourgeoise. C’est toute l’économie du sud de la province qui y gagnerait." Il estime que les gouvernements fédéraux et régionaux doivent envisager une politique volontariste et audacieuse dans le sud Luxembourg. Il plaide, d’une part, pour la création d’une Zone de Développement Frontalière (ZDF) pour les arrondissements d’Arlon et Virton, d’autre part, pour l’évaluation avec nos voisins grand-ducaux de l’élargissement de cette Z.D.F. autour d’intérêts communs.

N.L.