Grosse frayeur pour Cécile 77 ans. Heureusement, elle n’a pas été blessée

La commune de Sainte-Ode n’a pas été épargnée par la tempête Ciara. Dans la nuit de dimanche à lundi, rue Saint-Martin à Rechrival, la toiture et une partie des murs d’un hangar agricole jouxtant une habitation ont été soufflées par le vent. Un mur du corps de logis a également été endommagé. Les débris ont été projetés sur la route. Heureusement, la propriétaire, qui dormait à l’étage, n’a pas été blessée. Elle s’en sort avec une grosse frayeur.

"Le vent s’est mis à souffler en rafales dans la soirée de dimanche et vers 21 h 30, il y a eu une panne de courant", témoigne Cécile Hatert, 77 ans. "Je me suis éclairée avec des bougies et me suis mise au lit. Vers 23 h 45, j’ai été réveillé en sursaut par un fracas terrible. Ce gros bruit était semblable à un coup de tonnerre mais le temps n’était pas à l’orage. La toiture du hangar venait de s’effondrer."

La fille et le beau-fils de Cécile, qui habitent en face, se sont inquiétés. "Je me déplace difficilement et sans une aide extérieure, je n’aurais pas pu quitter seule la maison", poursuit Cécile. "Mon beau-fils est venu me chercher avec une lampe de poche. J’ai été soulagée de le voir et de quitter mon logement. J’ai terminé ma nuit dans la maison de ma fille et de mon beau-fils."

La fille de Cécile ajoute : "Nous sommes restés debout jusqu’à trois heures du matin. Les pompiers de Bastogne et de Saint-Hubert sont arrivés peu après minuit. Ils ont dégagé la route obstruée par les débris et sorti trois moutons du hangar. Pour le quatrième, il était malheureusement trop tard. Il a péri écrasé par un mur."

Lundi matin, Cécile était toujours très choquée. Dans son habitation, l’électricité était rétablie au rez-de-chaussée mais pas encore à l’étage. En début d’après-midi, les pompiers de Saint-Hubert étaient à pied d’œuvre pour sécuriser l’habitation et bâcher le hangar. La septuagénaire ne sait pas encore quand elle pourra rentrer chez elle.

Le bourgmestre de Sainte-Ode, Pierre Pirard, explique qu’il a envoyé une équipe lundi matin pour proposer de l’aide à la famille Hatert. Il a pris également contact avec Ores pour tenter de résoudre le problème électrique. Il précise, par ailleurs, qu’il n’a pas demandé de soutien au CPAS car la septuagénaire avait été relogée dans sa famille.

"Dans la commune de Sainte-Ode, la tempête n’a, à ma connaissance, pas causé d’autres dégâts. Je n’ai pas été averti que d’autres maisons aient été privées d’électricité", poursuit-il. "La seule voirie qui a dû être déblayée par les pompiers est la rue Saint-Martin à Rechrival, en face de l’immeuble de la septuagénaire."

Hasard du calendrier, en effet, les ouvriers communaux venaient de terminer les travaux d’entretien des arbres qui bordent les voiries quand la tempête est arrivée.

Les branches mortes ainsi que les arbres qui menaçaient de tomber avaient été coupés. Aucune voirie de la commune de Sainte-Ode n’a, dès lors, été obstruée à la suite de la chute d’arbres ou de branches.

Nadia Lallemant