Le permis a été octroyé par l’urbanisme. Les opposants restent mobilisés.

Les travaux de terrassement de la zone de remblais au lieu-dit Plane à Warmifontaine (Neufchâteau) viennent de débuter au grand dam des opposants. "Nous avons introduit un recours contre le permis à la Région wallonne mais, malheureusement, il n’est pas suspensif ", se désole Olivier Jacob, porte-parole des opposants. "La couche de terre arable vient d’être enlevée. Les premiers remblais suivront. Le fait que la commune ait conclu avec le propriétaire privé un partenariat pour que 15.000 des 85.000 m3 soient mis à la disposition des Chestrolais ne change rien. Nous restons opposés à ce projet car il n’a pas sa place à cet endroit."

Les habitants, signataires de la pétition, craignent les nuisances générées par cette nouvelle zone, comme le bruit, la poussière, la boue et l’augmentation du charroi. "Nous avons été surpris que le fonctionnaire délégué de l’urbanisme à Arlon accorde le permis malgré les plaintes des villageois", s’étonne Olivier Jacob. "Nous l’avons contacté. Il nous annoncé qu’il n’avait pas reçu les doléances des riverains. Le dossier transmis par la commune de Neufchâteau était, semble-t-il, incomplet."

Les opposants rappellent que les parcelles concernées sont situées en zone forestière au plan de secteur et que, par conséquent, elles sont destinées à la sylviculture et à la conservation de l’équilibre écologique. Elles contribuent au maintien ou à la formation du paysage et ne peuvent comporter que les constructions indispensables à l’exploitation, à la première transformation du bois et à la surveillance des bois. Les riverains introduiront une action au Conseil d’Etat s’ils sont déboutés à la Région wallonne. En ce qui concerne l’autre zone de remblais, située à proximité du cimetière, Olivier Jacob souligne que, de ce côté, la situation n’a pas évolué malgré les demandes répétées. "Les dépôts de terre n’ont pas encore été enlevés", relève-t-il. "Le bourgmestre Dimitri Fourny avait promis de mettre cette parcelle en ordre pour la fin de l’année. Il reste un mois avant de tirer les conclusions."

Nadia Lallemant