D’habitude, les nouvelles liées à la crise du Covid-19 sont plutôt négatives. Fermeture d’une entreprise par-ci, licenciement d’employés par-là…

Ce n’est pas le cas cette fois-ci. Dans le charmant village d’Orsinfaing (Habay), Carine Rasseneur a décidé de prendre la situation à contre-courant. " J’ai travaillé durant des années en tant que coiffeuse dans plusieurs établissements. C’était bien, mais j’avais envie de réaliser autre chose dans ma vie. Le confinement est arrivé en mars dernier, j’ai donc eu le temps de réfléchir avant de prendre une décision ", confie-t-elle.

Un environnement sympa, zen

Bien épaulée par son compagnon Philippe, elle choisit de changer de vie. C’est certain : elle ouvrira son propre salon de coiffure. Et il sera situé loin d’une grande ville. C’est donc le 7 août que "Au Petit Salon de Carine" voit le jour. Il est à son image. " J’ai voulu un environnement sympa, calme, zen. Un salon plus cosy, plus proche des gens. Le client est ici pour passer un bon moment, il doit oublier ses soucis quotidiens. Je me retrouve pleinement dans ce salon. Les premiers clients semblent aussi être satisfaits. Ils s’assoient sur le fauteuil en attendant leur tour. Et quand ils regardent vers l’extérieur, ils me disent qu’ils se sentent bien. Le pari est donc gag ", ajoute-t-elle.

Bien évidemment, sa façon de travailler a un peu évolué, mesures sanitaires obligent. Et ce n’est pas toujours évident de freiner ses ardeurs… " Je suis quelqu’un de très tactile. Je préfère ouvrir la porte quand mes clients entrent dans le salon, leur serrer la main, etc. Avec le Covid, on garde une certaine distance, le masque… Les rapports physiques ont changé, mais je ne ressens pas de grosses différences dans l’approche de mon travail. C’est vrai, il y a parfois quelques clients qui sont plus stressés que d’autres, mais ils sont rapidement rassurés une fois qu’on commence la coupe", conclut-elle.

L. TR.