Culte et Culture, même combat. Voilà ce qu’il faut retenir de cette action symbolique organisée ce dimanche à Arlon. Car c’est un signal fort de l’Eglise avec cette intervention du Doyen arlonais, Pascal Roger. 

Comme à Bertrix quelques jours avant, les messes célébrées ce week-end à l’église St-Martin à Arlon ont été faites avec un…cercueil vide dans le chœur de l’église. Un objet symbolique pour protester. « Contre quoi ? Les mesures sanitaires imposées depuis trop longtemps par nos élus. 50 personnes admises pour les funérailles, 15 pour les autres célébrations. Pendant ces jours de pandémie, les cultes, comme on les désigne officiellement, n’ont guère voix au chapitre. Pourtant, l’actualité touche directement leur raison d’être : le sens de la vie, la cruauté de la mort, l’épreuve de la souffrance…Les dernières décisions du Comité de concertation manifestent non seulement leurs incohérences mais, une fois encore, le mépris des cultes et de la culture, l’autre secteur jugé non essentiel depuis trop longtemps. En outre, elles confirment une indifférence insupportable réduisant l’être humain à une mécanique dépourvue d’esprit. Réduits à la catégorie du non essentiel, culte et culture ne sont pas pris en considération », dit-il. 

Un message de colère qui ne laisse pas de marbre. Comme on dit, si même l’Eglise s’en mêle, c’est que la situation est grave… « Il est temps de sortir de ce silence assourdissant. Bravo aux artistes qui se sont fait entendre au risque d’encourir des soucis avec la justice. Alors que les chrétiens se préparent à Pâques, sommet de l'année liturgique et plus grande fête chrétienne, les autorités du pays n’envisagent aucun ajustement de bon sens quant aux normes en vigueur pour l’exercice des cultes. Allons-nous rester silencieux et une fois encore faire le gros dos ? Personnellement, je ne veux plus me taire devant les incohérences des mesures et le mépris dont culte et culture sont l’objet », conclut-il.

 Les paroissiens présents ont applaudi l’initiative. Comme ils nous l’ont aussi rappelé, rares ont été les Elus/personnalités issu(e)s du monde politique à avoir fait le déplacement pour soutenir cette démarche… « Trop occupés à poster des photos d’eux en train de faire le carnaval », lance même, ironiquement, une fidèle.