Le 12 octobre dernier, une nouvelle étape était franchie dans le projet Vivalia 2025. La demande de permis unique – un dossier de plus de 4 500 pages - était déposée à l’administration communale de Habay. L’enquête publique était, à l’époque, annoncée, au plus tôt fin novembre. Elle débutera finalement le 16 mai prochain.

" Des éléments complémentaires ont été demandés, explique France Riguelle, chargée de mission Vivalia 2025.  "Ces informations ont été transmises et examinées. Tout cela a pris du temps. Le fonctionnaire délégué vient d’annoncer que le dossier est complet. Les dates de l’enquête publique ont enfin pu être fixées."

La demande de permis porte sur la construction du nouveau Complexe Hospitalier Régional Centre-Sud (CHR-CS) à Houdemont mais aussi sur l’aménagement d’un échangeur autoroutier donnant accès au site depuis la E 25 – E 41, la construction et l’exploitation d’une station d’épuration ainsi que la création, modification et suppression des voiries régionales et communales.

Le dossier, déposé en octobre, comprend l’ensemble des formulaires mis à disposition par la Région Wallonne, pour la partie urbanisme et pour la partie environnement, les plans, les carnets graphiques, les documents techniques, comme les schémas d’installation des dispositifs de production d’énergie, ainsi que le rapport final de l’Etude d’Incidences sur l’Environnement (EIE).

L’enquête publique est organisée à Habay et dans les sept communes déjà associées à la Réunion d’Information Préalable (RIP), en l’occurrence, Léglise, Tintigny, Etalle, Chiny, Martelange, Attert et Arlon. Les citoyens de ces communes ont jusqu’au 20 juin pour rentrer leurs observations par écrit au collège communal.

Après la RIP, organisée en décembre 2020, Yves Bernard, directeur général de Vivalia, avait annoncé que 230 remarques avaient été analysées par un bureau indépendant agréé par la Région wallonne. Les suggestions pertinentes avaient été prises en compte afin d’améliorer l’avant-projet avec un impact budgétaire de plus de 700 000 euros. Cela dit, au final, l’estimation n’avait pas été revue à la hausse. Elle avoisine toujours les 350 millions d’euros.

Le permis unique pourrait être accordé dans un délai de 6 à 9 mois. Rappelons que lors de la validation de la demande de permis en septembre dernier, le Conseil d’administration de Vivalia avait mandaté l’équipe pour élaborer les cahiers de charges et ainsi être prêts à lancer les marchés dès l’octroi du permis.