L’ordre du jour de l’assemblée générale a été voté majorité contre opposition

Au conseil communal de Neufchâteau, l’ordre du jour de l’assemblée générale de Vivalia, a suscité un débat animé. Le chef de file de la minorité, Yves Evrard, est monté au créneau pour dénoncer le manque de cohérence entre le plan stratégique et le budget 2020.

"On doit envoyer un signal fort au conseil d’administration", a-t-il souligné. "Il faut, en effet, plus de cohérence dans les choix et la manière dont le budget est élaboré. Le challenge est important pour la santé. Si Vivalia 2025 est en bonne voie, cela n’autorise pas les approximations." Le mandataire a ciblé trois niveaux.

Primo : le secteur de la prise en charge des personnes âgées. Il a rappelé que les maisons de repos de Vielsalm et de Chanly ont servi de modèle bénéficiaire aux deux autres constructions de home en cours, Virton et Sainte-Ode. Or, il s’avère qu’elles affichent un déficit, soit plus de 100.000 euros à La Bouvière. Alors que des mesures ont été identifiées, elles ne sont pas mises en œuvre. Le budget autorise même un déficit courant de 327.000 euros au Val des Séniors.

Secundo : le budget intègre dans son résultat des mesures de restructuration médicale pour plus d’un million d’euros sur six mois, soit deux millions d’euros sur base annuelle. Ces mesures sont générées par la prévision de fermeture de différents services à Bastogne. Or, rien n’est évoqué dans le plan stratégique.

Tertio : le budget intègre une troisième augmentation de la participation des communes dans le financement de l’Aide Médicale Urgente alors que celles-ci n’en ont pas été informées. Yves Evrard a comparé Vivalia à Publifin, dans le sens où les données communiquées ne correspondent pas à la réalité. La minorité a voté contre.

Le bourgmestre Dimitri Fourny s’est offusqué de la comparaison. "C’est indigne de tenir de tels propos", a-t-il réagi. En ce qui concerne, le déficit des maisons de repos, il a annoncé que la Province va déposer un amendement. Côté AMU, il a rappelé que tout le monde en bénéficie. "La solidarité doit prévaloir !", a-t-il conclu.

Nadia Lallemant