Nouveau refus pour les éoliennes

Après le projet d’Eneco Wind, c’est le projet d’ASPIRAVI qui est refusé par le SPW.

Caroline Tichon
Nouveau refus pour les éoliennes
©DR

La demande de permis unique déposé par la société ASPIRAVI a reçu un avis négatif des fonctionnaires délégué et technique. Une nouvelle qui réjouit les opposants au projet. D’autant plus, qu’il s’ajoute à celui remis en juillet dernier quant au projet mené par la société Eneco Wind. Le projet d’ASPIRAVI consiste en la construction et l’exploitation d’un parc de cinq éoliennes, d’une cabine de tête, d’aménagements de voiries d’accès et de pose de câbles électriques à Montignies -sur-Roc, au lieu-dit "Champ des Quarante".

"Les fonctionnaires délégué et technique ont remis un avis défavorable quant au projet présenté par la société ASPIRAVI", explique Bernard Paget, le bourgmestre de Honnelles. "Ils se sont basés dans leurs remarques sur les aspects faunistiques et floristiques ainsi que sur le référendum que nous avions initié sur le territoire de la commune. Il faut préciser que 75 % des Honnellois qui avaient participé à cette consultation populaire sont contre le projet de parc éolien sur la commune".

La population honnelloise s’était largement exprimée contre le projet, la commune avait également suivi le pouls des citoyens.

"La commune avait également remis un avis défavorable. Nous avions développé à l’occasion d’un conseil communal un document avec une série d’arguments. Tous les conseillers communaux avaient pu s’exprimer. Et ça a été repris dans le document général par les fonctionnaires".

Aujourd’hui, la commune se doit d’informer les honnellois de la décision. La société ASPIRAVI a toujours la possibilité d’entrer un recours de la décision afin de contrecarrer les arguments défavorables émis. "C’est à ASPIRAVI de démonter l’argumentation et ce sera au ministre de rendre son avis".

Honnelles, en organisant son référendum avait fait figure de pionnier en la matière. Une consultation populaire qui porte ses fruits. "Je pense que par rapport à d’autres communes où un référendum n’avait pas été organisé, Honnelles a eu un atout supplémentaire de poids. Il n’y avait jamais eu de consultation populaire. Nous avons réussi à chiffrer le nombre de personnes qui sont contre ces projets. Les gens ont pris position et je pense que c’est un élément qui a aussi joué dans la décision qui a été prise".

La suite au prochain épisode avec les recours introduits par les différentes sociétés qui ne démordent pas d’implanter des projets venteux dans les Honnelles.


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be