La famille de Mehdy, tué par un conducteur fantôme sur le R5 à Mons, réclame justice

Le trentenaire a trouvé la mort en croisant la route d’un conducteur fantôme, sous l’emprise de l’alcool

La famille de Mehdy, tué par un conducteur fantôme sur le R5 à Mons, réclame justice

Le trentenaire a trouvé la mort en croisant la route d’un conducteur fantôme, sous l’emprise de l’alcool

Le 21 mai dernier, la vie des proches de Mehdy Kaci était à jamais bouleversée. Aux alentours de 3 h 30 du matin, ce dernier perdait la vie au volant de sa BMW alors qu’il circulait sur le R5, à hauteur de Jemappes. Le jeune trentenaire, originaire de Châtelineau et papa d’un petit garçon de 9 ans, avait croisé la route d’U.P., un conducteur fantôme. La collision frontale a été d’une rare violence et n’a laissé aucune chance à Mehdy, décédé sur le coup tandis que sa passagère était gravement blessée.

Trois mois après le drame, sa famille reste sous le choc et cherche des réponses. "Il nous a fallu du temps pour réaliser ce qu’il se passait, nous étions totalement perdues. C’est lorsque nous sommes allées voir l’épave de son véhicule, que nous avons pu prendre conscience des choses", expliquent Annie et Mélanie, la maman et la sœur de la victime.

La famille de Mehdy, tué par un conducteur fantôme sur le R5 à Mons, réclame justice
©DR


Difficile pour elles de faire leur deuil alors que le conducteur fantôme n’a pas encore été jugé. "Ce n’est pas dans la logique des choses que de devoir enterrer son enfant. Aujourd’hui, notre vie est brisée à jamais, nous devons continuer à vivre avec cette souffrance alors que ce conducteur poursuit sa vie. Ses proches n’ont pas dû l’enterrer, ne connaissent pas notre douleur."

Deux jours après l’accident, le parquet de Mons avait confirmé que le conducteur fantôme roulait sous influence de l’alcool. "Bien sûr que nous sommes en colère. Cette personne a bu, a pris le volant et a enlevé la vie de quelqu’un qui était un fils, un frère, un père. Je ne lui cherche pas d’excuse car il n’y en a aucune. Pour nous, cette personne a représenté et représente toujours un danger sur la route."

La famille de Mehdy est aujourd’hui dans l’attente d’un procès. "C’est après l’accident qu’il aurait dû être arrêté, pas dans quelques mois ou dans quelques années. La seule chose que l’on souhaite, c’est pouvoir regarder ce conducteur dans les yeux et l’entendre assumer ses responsabilités. Nous voulons qu’il nous dise ‘oui, j’ai pris le volant en ayant bu, oui, j’ai tué quelqu’un’. Rien de plus. Nous ne voulons pas l’entendre se dédouaner de ce qu’il s’est passé, se justifier de ce qu’il a fait."

Effondrées par la perte qui les affecte, Annie et Mélanie doivent apprendre à vivre avec cette absence. "Mon fils, je le voyais chaque jour, nous étions très fusionnels. Aujourd’hui, je ne peux plus espérer le voir franchir ma porte. Nous continuons à parler de lui chaque jour, à le faire vivre à travers nous. Mais intérieurement, nous sommes brisées." Aucune date n’est encore fixée pour les suites judiciaires.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be