Ecolo dans la majorité à Mons: “Pas à n’importe quel prix”

Les Verts veulent mettre la ville au diapason de la citoyenneté et de l’écologie

C.Ti.
Ecolo dans la majorité à Mons: “Pas à n’importe quel prix”
©FB

Les Verts veulent mettre la ville au diapason de la citoyenneté et de l’écologie

Les Verts ont fait un score jamais atteint dans la cité du Doudou permettant de décrocher six sièges au conseil communal. Ils sont évidemment très pressentis pour intégrer la majorité menée par le nouveau bourgmestre Nicolas Martin (PS). Charlotte De Jaer et Nicolas Martin se rencontrent ce jeudi pour un premier tour de table. Forte de son score électoral (elle l’a doublé), Charlotte De Jaer est “sereine” et “confiante” face aux responsabilités électorales confiées.

Sorte de sommet montois ce jeudi, voici les envies d’Ecolo pour cette mandature. “Il est clair que je mettrai un point d’honneur à ce que la ville de Mons soit sur la route de la transition écologiste et citoyenne”, martèle Charlotte De Jaer, première élue verte. “J’ai lu dans les programmes du PS de nombreuses idées que nous défendons à Mons depuis plus 30 ans. Et nous avons une occasion historique d’enfin les mettre en œuvre.”

À ne pas en douter, les Verts jouent une voire même deux places d’échevins dans ce prochain collège. “La clé D’Hondt est assez limpide, ce qui nous permettrait d’endosser les responsabilités de deux échevinats. Mais nous allons d’abord en discuter avec notre futur partenaire.”

Car bien sûr, les Ecolos n’ont pas l’intention de louper le coche. Et les socialistes montois ne peuvent pas vraiment prétendre se passer des Verts. La majorité absolue à 23 sièges, dont celui “sauvé” par Citoyen (allié désormais au PS), est courte pour gouverner sereinement. “Notre objectif était de gagner les élections et ainsi avoir un poids suffisant pour peser dans les décisions futures de la ville,” précise encore Charlotte De Jaer.

Déjà en 2016, certaines compétences échevinales faisaient de l’œil aux Ecolos et les négociations bien que non-abouties n’avaient pas tourné au vinaigre. Et aujourd’hui ? “Rendre Mons aux Montois, la mobilité et la propreté ; ce sont des thématiques transversales qui ne présagent en rien des compétences. Nous voulons négocier un projet global dans lequel les transitions citoyenne et écologique sont les mots forts de la déclaration de politique communale.”

Les Ecolos ont néanmoins des points de rupture. “Nous n’allons pas les déballer. Nos divergences sont connues notamment en termes de mobilité, de sécurité et de préservation des espaces verts. Les convergences sont nombreuses aussi si j’en crois les différents programmes du PS. Nous sommes constructifs et capables de faire des compromis. Mais si nous entrons dans une majorité, ce ne sera pas à n’importe quel prix !”

Ecolo va privilégier une bipartite plutôt qu’une tripartite. “Avec 29 sièges, c’est tout à fait suffisant pour diriger une ville comme Mons. Nous serons ouverts à toutes les formations politiques qui voudraient proposer des projets depuis les bancs du conseil communal.”

De là à écrire que les Ecolos se joindront à la fête lors de l’ouverture Primark ? “La ville n’a pas la compétence de refuser l’arrivée d’une enseigne mais il ne faudra pas compter sur les élus écologistes pour cette inauguration…”

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be