Le service Lagardère du docteur Bouillon prend son envol

Le Montois étoffe ses services aux plus démunis.

Le service Lagardère du docteur Bouillon prend son envol
©AVPRESS

Le Montois étoffe ses services aux plus démunis.

Même s'il fait parfois l'objet de critiques, le docteur David Bouillon n'est pas du genre à se laisser démonter. Depuis qu'il s'est donné pour mission de venir en aide aux plus démunis, le Montois remue ciel et terre. Si bien qu'il offre aujourd'hui une panoplie de services aux personnes dans le besoin.

David Bouillon fait donc le point sur ce qui a déjà été mis en place et sur les projets qui se concrétisent. "Nous avons, à titre privé, mis à disposition un numéro de téléphone gratuit, le 0800 12 505, pour les personnes en difficulté", explique le docteur. "Notre Lagardère mobile grandit et en partenariat avec une société d'ambulances, nous allons pouvoir agir au-delà du territoire montois."

Le service Lagardère du docteur Bouillon dispose en outre à présente d'un centre d'accueil à Ghlin. "Grâce à ma compagne Elisabeth, nous avons pu obtenir ce bâtiment où les personnes en difficulté pourront trouver tout ce dont elles ont besoin", poursuit le Montois. "On y trouve du personnel médical, des colis alimentaires, des vêtements, une pharmacie solidaire, des avocats, des assureurs et même un centre de bien-être." En partenariat avec l'entreprise Modulco, David Bouillon planche également sur un projet de logement d'urgence qu'il va proposer à la Ville de Mons.

"On ne peut pas accepter que des gens meurent parce qu'ils vivent dans la pauvreté", souligne le Montois. "Et personne n'est à l'abri. C'est pourquoi tout le monde doit se serrer les coudes."

Un combat pour la dignité humaine que David Bouillon mène également sur le plan politique, en tant que conseiller communal de Mons en Mieux. "Je peux défendre au conseil toute une série de dossiers qui me tiennent à cœur, comme l'enterrement des indigents, le logement ou les ambulances sociales. Ca ne plait pas à tout le monde. Durant la campagne, on a essayé de m'abattre. Mais je continue mon combat et je rappelle que je suis toujours médecin, je ne fais pas l'objet de sanctions."

En commençant par une pharmacie solidaire en 2017, David Bouillon n'imaginait pas que cette aventure prendrait une telle ampleur. "Tout ça, on le doit aussi à tous ces bénévoles qui nous aident et à la bonne collaboration avec des entreprises, des pouvoirs publics et des associations", conclut le Montois.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be