Mons-Borinage : Trois agences BNP Paribas Fortis fermeront leurs portes en 2019

La banque prévoit un grand plan de restructuration.

S. Ha.
Mons-Borinage : Trois agences BNP Paribas fermeront leurs portes
©BELGA

La banque prévoit un grand plan de restructuration.

Ce vendredi, BNP Paribas Fortis a annoncé qu'elle allait supprimer 267 de ses 678 agences d'ici la fin de 2021, soit 40% du total. Une première liste de 50 agences qui devraient être touchées par la restructuration dès 2019 a été révélée par nos confrères de La Libre. Celles de Jemappes, Nimy et Colfontaine en font partie. Ces trois agences devraient donc cesser leur activité dans les prochains mois.

"Cette politique exclusivement orientée vers les actionnaires est un scandale", réagit Nicolas Martin (PS), bourgmestre de Mons. "La proximité, la qualité du service et l’emploi ne valent rien aux yeux de la direction. Je le dénonce et suis plus que jamais en faveur de banques publiques permettant un ancrage belge, à condition d’avoir des administrateurs qui défendent le service public et non l’importance du dividende."

Cette suppression de 267 agences d'ici la fin 2021 coûtera pas moins de 2.200 emplois (2093 équivalents temps pleins). Ce la représente 16% des effectifs. "L'accélération de la transformation digitale des habitudes bancaires de nos clients implique d'importants investissements dans la transformation de notre modèle de distribution. Pour ce faire, nous devons prendre en compte l'évolution exponentielle de la banque digitale et à distance, tout en conservant une présence physique forte sur le marché belge", justifie BNP Paribas Fortis.

De 678 agences actuellement, la banque passera à 592 à la fin de l'année et à 411 fin 2021. "On parle de 90 fermetures d'agences par an et des agences gérées par des indépendants pourraient être regroupées", commente Thibaut Montjardin, permanent syndical de la CGSLB Banques. "Ces chiffres sont énormes. Dans certains endroits en Belgique, il sera difficile de trouver une agence BNP Paribas Fortis", ajoute-t-il.

La banque prévoit quelque 1.600 départs volontaires, plus de 1.000 plans d'accompagnements sociaux mais également l'engagement de 600 personnes en trois ans, a précisé Frédéric Van Engeland, représentant de la CNE, à l'agence Belga. Aucun licenciement sec n'est donc prévu, si toutefois les syndicats acceptent de signer la convention collective de travail entérinant cette restructuration, que la direction leur soumettra, précise Thibaut Montjardin.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be