Tensions au conseil communal de Mons: les partis réagissent

Tous sont lassés des joutes qui opposent Nicolas Martin et Georges-Louis Bouchez.

Tensions au conseil communal de Mons: les partis réagissent
©AVPRESS

Tous sont lassés des joutes qui opposent Nicolas Martin et Georges-Louis Bouchez.

Si c'était du catch, ils mangeraient du pop-corn autour du ring. Mais c'est un conseil communal et les élus autour de la table aspirent à d'autres débats. "La démocratie se retrouve prise en otage dans ce face-à-face", soupire Yves André du CDH. "Il est devenu difficile d'avoir un débat serein et je ne pense pas que la population qui peut suivre les conseils sur Facebook trouve ça intéressant. Je ne sais pas qui a à gagner là-dedans, mis à part qu'on focalise le débat sur deux formations politiques."

Georges-Louis Bouchez propose de confier la présidence du conseil à un autre élu que le bourgmestre pour ramener de la sérénité à l'assemblée. Pas convaincant pour les autres formations politiques, à commencer par Ecolo qui avait pourtant fait cette proposition par le passé. "J'attends déjà de voir si un autre élu accepterait de présider le conseil", commente Charlotte De Jaer pour Ecolo. "Par ailleurs, je ne pense que ça suffirait à apaiser les débats car visiblement, certains membres de l'opposition ne veulent pas de débats apaisés."

Comme Yves André ou Charlotte De Jaer, John Joos ne pense pas que cette mesure suffirait à résoudre les problèmes au sein du conseil. "Georges-Louis Bouchez se propose d'apporter la solution au problème qu'il a lui-même créé", ajoute le conseiller de Citoyen apparenté au PS. "Je regrette que les règlements de compte priment sur les débats de fond. C'est difficile pour les conseillers de trouver leur place là-dedans, surtout pour les nouveaux élus."

Enfin, David Bouillon, qui siège comme conseiller indépendant depuis qu'il a quitté Mons en Mieux, ne ménage pas son ancien partenaire. "Georges-Louis Bouchez profite de tous les conseils communaux pour émettre des attaques, méprisant le respect du bourgmestre, mais aussi les élus du peuple et les citoyens", regrette David Bouillon. "Il y a urgence médico-sociale à Mons, il est temps de réaliser des conseils communaux dans le calme."

Nous avons tenté de joindre le PTB, sans succès.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be