Mons: Le CHU Ambroise-Paré va reprendre la vaccination de son personnel

Des centres de vaccination ferment. L'hôpital va donc offrir des possibilités sur place pour le personnel qui n'aurait pas encore franchi le pas.

G.La
Mons: Le CHU Ambroise-Paré va reprendre la vaccination de son personnel
©BELGA

Va-t-on, comme chez nos voisins français, passer par la vaccination obligatoire du personnel soignant? Longtemps écartée, l'idée vient d'être mise sur la table par le ministre de la Santé, Franck Vandenbroucke. Elle pourrait se concrétiser à l'automne.

De l'eau pourrait encore couler sous les ponts d'ici là. En attendant, au CHU Ambroise-Paré, on mise sur la sensibilisation et on souhaite donner toutes les chances au personnel. "Étant donné que des centres de vaccination vont fermer leurs portes, nous allons recommencer la vaccination de notre personnel au sein de l'hôpital à partir de la semaine prochaine", explique France Brohée, porte-parole du CHU Ambroise-Paré. "C'est donc une possibilité supplémentaire qui sera donnée à ceux qui n'étaient pas encore vaccinés et qui changeraient d'avis. Cette nouvelle campagne de vaccination sera réservée exclusivement au personnel de l'hôpital ainsi qu'aux patients qui seront référencés par nos médecins. Il n'y aura donc pas d'externes pour qui des plus petits centres de vaccination resteront ouverts."

Y a-t-il encore beaucoup de membres du personnel soignant qui ne sont pas vaccinés au CHU Ambroise-Paré? "En réalité, nous n'avons pas de chiffres précis", poursuit France Brohée. "Chez nous, la campagne de vaccination avait commencé en février. 75% du personnel, tant soignant qu'administratif, y avait répondu favorablement. Cette campagne au sein de l'hôpital s'est arrêtée fin mars, mais les centres de vaccination ont pris le relais. Nous savons que quelques collègues qui ne s'étaient pas fait vacciner à l'hôpital sont ensuite passés par l'un des centres de vaccination. Nous n'avons donc pas un pourcentage réel, mais nous savons qu'il va au-delà des 75%."

En juillet dernier, la vaccination obligatoire du personnel soignant était annoncée en France. Et le Morgen révélait que chez nous, les hôpitaux belges y étaient favorables et avaient sollicité dans la foulée les ministres du Travail (Pierre-Yves Dermagne) et de la Santé (Franck Vandenbroucke). Au CHU Ambroise-Paré, on compte surtout sur la sensibilisation. "Imposer la vaccination, c'est un choix qui relève du politique. De notre côté, on s'attache à fournir des données fiables et objectives à notre personnel pour qu'il puisse prendre un choix éclairé. Et ce n'est pas toujours aisé quand on voit tout ce qui circule sur les réseaux sociaux. Notre rôle n'est pas de forcer, mais d'informer au mieux et de proposer des possibilités aux membres qui souhaitent se faire vacciner, comme nous le ferons dès la semaine prochaine", conclut France Brohée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be