Décès de la baronne Betty Duesberg: Mons perd l'une de ses plus grandes mécènes

La baronne s'est éteinte jeudi à l'âge de 89 ans. Le baron François Duesberg salue le parcours remarquable d'une battante.

G.La
Décès de la baronne Betty Duesberg: Mons perd l'une de ses plus grandes mécènes
©Ville de Mons

Une étoile de plus brille dans le ciel montois. La baronne Betty Duesberg a rendu son dernier soupir jeudi après-midi, à l'âge de 89 ans. La Cité du Doudou perd ainsi l'une de ses plus illustres mécènes. Avec son mari François Duesberg, elle a donné naissance il y a 27 ans au musée des arts décoratifs mondialement reconnu. Quatre étoiles au Guide Michelin, premier musée de Belgique sur le site TripAdvisor.

Avec un soin minutieux et une délicate habilité, la baronne Duesberg redonnait tout son lustre aux pépites que son collectionneur de mari dénichait, notamment les célèbres orfèvreries montoises. C'est elle aussi qui faisait briller de mille feux, pièce par pièce, les précieuses pendules que le baron démontait et remontait. C'est donc grâce à ce travail essentiel que les visiteurs peuvent contempler les trésors dont regorge le musée Duesberg.

Un travail qui a notamment valu à Betty Duesberg d'être anoblie, mais aussi de recevoir de nombreuses distinctions avec son époux: commandeurs du Mérite wallon et de l'Ordre de la Couronne, citoyens d'honneur de la Ville de Mons et plus récemment de la commune de Colfontaine à la suite du sauvetage du Christ de Petit-Wasmes.

Le parcours est remarquable pour cette fille de mineur du bassin liégeois. La rencontre avec son mari, épousé il y a 62 ans, aura été capitale. "Mes parents m'avaient pourtant dit que ça ne durerait que quelques mois. Mais nous avons célébré nos noces de diamant il y a deux ans", commente le baron François Duesberg. "C'est une grande dame que l'on perd. J'ai une grande admiration pour son parcours. Elle a été anoblie à titre personnel, pour son courage et ses nombreux sacrifices. Elle était d'une grande discrétion, elle ne voulait pas se mettre en valeur malgré le travail remarquable qu'elle effectuait. Avec tout ce qu'elle a enduré, on peut dire que c'était une battante."

La santé de la baronne Betty Duesberg déclinait depuis quelque temps. "Alzheimer a gagné du terrain plus vite que je ne le pensais", poursuit le baron François Duesberg. "Elle avait aussi eu une opération à cœur ouvert. Elle était fragile, mais admirable d'abnégation. Je la rejoindrai bientôt. Ensemble, nous irons décorer le paradis, comme nous avons décoré ce musée. Mais sa situation la préoccupait et me préoccupe également. Souvent, elle me demandait ce que deviendraient nos collections quand nous serions partis. Elle avait le sentiment que nous restions des étrangers à Mons. Mais ce qu'elle a fait, personne ne l'a fait."

Les relations entre les époux Duesberg et les autorités montoises connaissent perpétuellement des hauts et des bas. La donation des 4.000 objets à la Ville, annoncée il y a plus d'un an, attend ainsi que les différentes parties s'accordent sur les dernières formalités. Ces tensions récurrentes n'altéraient cependant pas la douceur bienveillante que dégageait constamment la baronne Duesberg. Une douceur qu'elle emportera avec elle au creux de la sépulture aménagée dans le jardin du musée.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be