Les anciens travailleurs du laminoir de Jemappes sensibilisent aux dangers de l'amiante

Le comité espère faire bouger les choses afin que les victimes soient reconnues et mieux soutenues.

E. Brl.
Les anciens travailleurs du laminoir de Jemappes sensibilisent aux dangers de l'amiante
©FLEMAL JEAN-LUC

Des décès toujours trop nombreux, des soins médicaux extrêmement lourds et une difficulté à être officiellement reconnue comme victime. Les combats menés par le collectif amiante et produits dangereux sont multiples et loin d’être terminés. Fondé en 2004 à l’initiative d’anciens travailleurs de l’usine Coverit, ce dernier mène un travail du quotidien afin de sensibiliser la population à la problématique de l’amiante et des produits dangereux que l’on retrouve encore dans les entreprises, les écoles, les habitations.

Le 29 octobre prochain à 10 heures, une séance d'informations autour des dangers de l'amiante sera proposée par le collectif et la CSC Mons-La Louvière. "Le collectif a vu le jour à la suite d'une centaine de décès liés à la problématique de l'amiante", explique Leslie Seghers, permanente interprofessionnelle à la CSC et membre du collectif. "Le but, c'est d'aider les travailleurs dans leurs démarches envers le fonds des maladies professionnelles, d'apporter un soutien aux familles des victimes et sensibiliser, encore et toujours."

Les anciens travailleurs plaident également pour l'élaboration de lois et de résolutions "afin d'obtenir la traçabilité des dossiers médicaux des travailleurs, ce qui permettrait d'avoir une vue plus précise de leur exposition à l'amiante et autres produits dangereux." Cette traçabilité permettrait entre autres d'établir plus facilement un lien de cause à effets. Ce qui est, aujourd'hui encore, extrêmement difficile à faire pour les patients.

"On a eu le cas d'un ancien travailleur des laminoirs de Jemappes qui a été fortement exposé à l'amiante pendant sa carrière et qui a développé un cancer du poumon. Trop peu de pneumologues sont formés à la problématique et ne poussent dès lors pas suffisamment loin les expertises. Dans ce cas-ci, puisqu'il fumait, la cause était toute trouvée." Bref, le travail doit être mené sur tous les fronts.

Et passe inévitablement par la sensibilisation. "La problématique ne concerne pas que le secteur de l'industrie, on retrouve de l'amiante dans les vieilles habitations, certaines écoles,… Notre but n'est pas de faire peur mais de sensibiliser et de permettre à tous de prendre les dispositions qui s'imposent pour limiter au maximum les risques d'exposition et les conséquences dramatiques qui peuvent en découler."

Le comité est aujourd’hui composé de 6 membres mais le syndicat met un point d’honneur à informer ses délégués, relais importants sur le terrain. Une stèle commémorative rendant hommage aux victimes de l’amiante et d’autres produits dangereux a par ailleurs été érigée à Harmignies et rassemble chaque année d’anciens travailleurs des laminoirs et leurs proches.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be