Les Kilts, un parfum écossais au Doudou

Le groupe émanant des "Amis de la Descente" anime à sa façon la ducasse de Mons.

Ugo Petropoulos
Les Kilts, un parfum écossais au Doudou
©D.R.

A côté de la ducasse rituelle, des groupes de Montois s'emploient à animer la ducasse festive, comme les Amis de la Descente. Ce groupe singulier, dont les membres sont reconnaissables à leur béret rouge et leur chemise blanche, a vu le jour en 2005, "fondé par 5-6 personnes sur un coup de tête", explique Alain Hubert, qui a intégré le collectif dans ses premières années d'existence.

La volonté du groupe était d'organiser "une remontée del descinte". Concrètement, chaque année depuis leur création, les Amis de la Descente proposent au public de les accompagner le dimanche de la ducasse dans une remontée mouvementée de la rue des Clercs depuis la Grand-Place jusqu'à l'auberge de Jeunesse. Soit le trajet inverse de la bien plus connue descente de la rue des Clercs, où le public suit les acteurs du Lumeçon dans un chaos que seuls les Montois comprennent.

"On voulait permettre aux femmes ou aux personnes qui n'osent pas se lancer dans la descente de vivre malgré tout les sensations éprouvées. On met donc les femmes et qui le désire à l'honneur dans les premiers rangs et on reproduit des poussées durant la montée, jusqu'à l'arrivée devant l'auberge. Et là on boit un coup pour se rafraichir!"

Le groupe s'est étoffé avec les années, dépassant aujourd'hui la centaine de membres. Depuis 2012, celui-ci s'est agrémenté d'un contingent de membres en kilt. "Là aussi, c'est parti d'un autre coup de tête. Avec un ami, on adore l'Écosse et on a essayé de trouver un lien avec la ducasse. Et on retrouve beaucoup d'étoffe écossaise dans les costumes, celui de Chin-Chin notamment."

Les Kilts ont accommodé leurs costumes à la mode Doudou: "la dague est remplacée par une lance et le sporan (le petit sac devant la jupe) a la forme d'un Chin-Chin, en clin d'oeil au folklore montois." Après sa descente à l'envers de la rue des Clercs, le groupe se manifeste une seconde fois, après l'authentique descente. "Quand les acteurs sont déjà arrivés sur la Grand-Place, on se glisse dans la foule qui redescend doucement et on remet un coup d'ambiance avec nos cornemuses. D'année en année, on remarque que des gens attendent notre apparition pour redescendre. On est un peu la voiture-balai de la rue des Clercs", sourit Alain. Qui, avec ses camarades, entend bien perpétuer un parfum d'Écosse sur la Ducasse.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be