Mons: des oeuvres en braille pour les aveugles et malvoyants

L'objectif: inclure des déficients visuels dans la création artistique.

Ugo Petropoulos
Mons: des oeuvres en braille pour les aveugles et malvoyants
©U.P.

Impliquer des aveugles et malvoyants dans la création de graffitis? Cela semble antinomique. Pourtant à Mons, plusieurs fresques en braille ont fait leur apparition: une de 45 mètres de long s'affiche dans la rue des Barbelés, face à la prison, une autre sur le campus de la plaine de Nimy et une troisième dans le hall d’accueil de la nouvelle bibliothèque universitaire du Parc.

A l'initiative, on retrouve des personnes mal ou non-voyantes, membres de l'ASBL les Amis des Aveugles, des membres de l'UMons, et deux artistes: The Blind et Olivier Sonck. Le premier est un graffeur français originaire de Nantes et qui pratique depuis 2004 la technique du graff en braille. Seul dans son domaine, l'artiste souhaite partager son art avec les voyants et non-voyants et, pour cela, il les associe autour de réalisations communes. "Mon objectif, c'est de travailler autour de l'inclusion. Je me définis comme un "artiviste"", explique-t-il.

"Je suis déjà venu en octobre dernier dans le cadre de la nuit des musées participer à des ateliers avec les Amis des aveugles, j'avais fait quatre ou cinq brailles dans les musées. On a voulu poursuivre l'aventure." Pour cette deuxième collaboration à Mons, The Blind s'est associé à un artiste montois,Olivier Sonck. Le tandem s'est inspiré du travail qu'Olivier a mené sur les murs de la prison, né d'ateliers avec des détenus qui ont laissé libre cours à leur imagination pour créer différents jeux de mots.

"On a peint ce mur avec un groupe de malvoyants, qui a participé et créé ses propre jeu de mots, qui se retrouvent à différents endroits de l'université. Ils ont apporté leur matière première." Cette collaboration est la preuve que même si elle est malvoyante, une personne peut être associée à une activité visuelle comme le graffiti. "Derrière ce qu'on dit être un handicap, il y a des humains qui font plein d'activités, de la marche, du parapente...Le graff est une pratique qu'ils peuvent aussi faire, qui leur est ouverte et qui parle d'eux", conclut The Blind.

Une quatrième œuvre verra bientôt le jour: elle se trouvera dans le futur bâtiment Rosa Parks, l'ancien siège de Fortis devenu bâtiment universitaire.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be