Le Musée de la route va-t-il disparaître? "On ne se fait plus trop d'illusions"

Les démarches entreprises pour reloger ce singulier musée n'ont rien donné.

U.P.
Le Musée de la route va-t-il disparaître? "On ne se fait plus trop d'illusions"
©U.P.

Le Musée de la route disparaîtra-t-il au 31 décembre 2023? C'est ce vers quoi l'institution s'achemine actuellement. Logé dans les Casemates en face de la place Nervienne à Mons, le musée doit trouver un nouveau port d'attache, le lieu ayant été racheté l'an dernier à la Région wallonne par un investisseur privé.

Si des contacts avaient été pris l'an dernier pour trouver une solution de relogement, "la situation n'a pas évolué d'un poil", nous dit aujourd'hui Bruno Van Mol, fondateur du musée. La piste de déménager le musée sur le site du Bois-du-Cazier à Marcinelle "est tombée à l'eau tout de suite. D'autres démarches ont été entreprises, notamment auprès de l'IDEA, mais tout est resté lettre morte." Plusieurs idées avaient été évoquées, dont celle de déménager au lavoir de Péronnes, à une époque où certains y évoquaient la création d'un centre des métiers de la route. On sait finalement l'intérêt qu'a suscité le lavoir de Péronnes quand la Région wallonne a lancé un "appel à idées"...

Après toutes ces démarches infructueuses, Bruno Van Mol est fataliste: "on s'achemine tout doucement vers une disparition du musée. Je n'ai plus grand espoir, d'autant que j'ai 87 ans et je n'ai plus envie de faire des projets." Actuellement, le musée de la route est toujours visitable chaque premier dimanche de mois jusqu'à octobre. "Ouvrir plus ne servirait à rien, on s'ennuirait là-bas sans voir un chat. Ici, on peut voir passer une dizaine de personne sur une ouverture."

Et puis? S'il reste plus d'un an avant de devoir quitter les lieux, "on ne se fait plus trop d'illusions. On fondait encore un espoir en la Région wallonne l'an passé, mais c'était avant les inondations et les travaux publics ont d'autres chats à fouetter."

Le Musée de la route a vu le jour en 1985 sous l'impulsion de Bruno Van Mol, ancien ingénieur au MET. Il présente une collection d’anciens engins de construction routière qui illustre la passage de la commande à câbles et mécanique à l’hydraulique. Les pièces proviennent de matériel initialement destiné à la casse ou d'entreprises de travaux publics. Si ce conservatoire du génie civil routier venait à fermer, se posera la question de la gestion des différentes pièces...Seront-elles vendues à des collectionneurs?

A noter que d'autres occupants devront trouver une autre solution d'hébergement, les Casemates hébergeant un dépôt archéologique de l'AWAP et un dépôt pour l'asbl Feux de la Saint-Jean.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be