Corniches et gargouilles de la Collégiale Sainte-Waudru: reprise des travaux au printemps, au plus tôt

Un nouvel appel d'offres a été lancé, qui est en cours d'examen.

Ugo Petropoulos
Corniches et gargouilles de la Collégiale Sainte-Waudru: reprise des travaux au printemps, au plus tôt
©U.P.

La restauration des corniches et des gargouilles de la collégiale Sainte-Waudru a tout du dossier maudit à Mons. Après des années de procédure, les travaux avaient enfin pu débuter en 2019, avant la crise sanitaire. Las, après quelques mois, ceux-ci ont été interrompus. "Si l'entreprise sélectionnée était d'un très bon niveau, elle avait de nombreux chantiers en cours et a envoyé une équipe de personnes qui n'étaient pas qualifiées pour le travail à effectuer sur la collégiale, explique Pierre Dufour, président de la Fabrique d'église. Le travail du plomb est quelque chose de très particulier et il y avait une unanimité de toutes les personnes compétentes pour juger le travail insatisfaisant."

Il a donc fallu relancer un appel d'offres pour la poursuite des travaux. Cela a été fait en mai. "Nous terminons d'examiner l'offre reçue et nous allons prochainement introduire le dossier à la Région wallonne pour confirmer le subventionnement des travaux." Car entre 2019 et aujourd'hui, les prix ont flambé dans la construction et il faudra compter de 40 à 50% en plus pour réparer les corniches.

En parallèle, une demande devra être introduite auprès de la Ville de Mons pour la partie non subsidiée par la Région wallonne, soit 5% du montant total des travaux restant à effectuer, d'environ deux millions d'euros. "Si les choses se déroulent comme il faut, on peut espérer un redémarrage des travaux au printemps prochain." En attendant que ces travaux soient effectivement relancés, les mesures de protection prises seront maintenues, incarnées par ces "chaussettes" disgracieuses sous les corniches, mais qui permettent d'évacuer les eaux.

D'autres travaux à effectuer

Ces travaux seront aussi l'occasion d'installer une colonne sèche réclamée par les pompiers, et qui connecte le pied de la collégiale aux combles. "Ça leur permet de se raccorder et d'avoir de l'eau en haut directement. Notre-Dame de Paris n'en était pas pourvue..."

Outre la restauration des corniches et des gargouilles, la fabrique d'église se penche aussi sur le portail nord de la Collégiale, en mauvais état. "Il n'avait plus été actionné pendant deux ans et nous avons dû prendre des mesures provisoires pour la sortie du Car d'Or lors de la ducasse. Appel d'offre sera également lancé pour sa restauration." Mais il faudra bien viser. "Il faudra mettre une porte provisoire car le portail sera restauré en atelier et nous voulons éviter qu'il soit enlevé pour le Doudou."

Autre dossier sur la table de la fabrique: la rénovation des toitures hautes et des vitraux. "On essaie de démarrer un dossier, mais les temps sont difficiles." Là, les rénovations se comptent en dizaines de millions d'euros.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be