Gare de Mons: la Cour des comptes épingle l'attribution à Calatrava

Plusieurs disfonctionnements ont été pointés par la Cour des Comptes.

E. Brl. avec Belga
Gare de Mons: la Cour des comptes épingle l'attribution à Calatrava
©AVPRESS

Il y a un peu plus d’un an, Ecolo faisait approuver en commission de la Mobilité du parlement fédéral une proposition de résolution demandant à la Cour des Comptes d’enquêter sur un chantier dont on n’aura eu de cesse de parler ces dernières années : la gare de Mons. Cette dernière vient finalement de publier son rapport, dans lequel elle épingle notamment la désignation du bureau de l’architecte Santiago Calatrava pour l’attribution du marché public.

Si les actes matériels posés ont été conformes à la législation sur les marchés publics, la Cour estime en revanche que le principe d'égalité entre les candidats n'a pas été assuré. En effet, le lauréat a bénéficié d'un avantage qui aurait dû conduire à l'écarter: en 2004, il avait déjà été sollicité dans le cadre de l'étude de faisabilité de la nouvelle gare et avait réalisé des dessins et une maquette. Ses propositions ont été redéposées alors qu'elles étaient connues et identifiables et que l'anonymat des candidatures doit normalement être garanti.

Selon la Cour, un deuxième concours aurait en outre dû être organisé puisque le projet de passerelle de 2006 est devenu celui d'une gare passerelle. Le rapport épingle encore la documentation insuffisante du projet. Dans une réaction, les Verts ont dénoncé une "gabegie indécente voire obscène" qui a mené à une addition de 332 millions d'euros et pénalisé durant les années 2010 des choix d'investissement dans la qualité du réseau, l'accueil dans les gares et leur accessibilité. Ils ont annoncé le dépôt d'une nouvelle proposition de résolution et demanderont l'audition du patron de la SNCB au parlement.

On rappellera également que l'actuel ministre de la mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo) avait de son côté estimé que la gare de Mons "est un choix du passé" et qu'aujourd'hui, il ne serait plus permis d'accepter que de tels choix soient reproduits dans le futur. Les choix ont pourtant été posés et la facture établie. Le projet, initialement estimé à 37 millions d'euros, en a déjà coûté près de 324 millions, auxquels s'ajoutent des retards de plusieurs années.

La Cour des Comptes s’est penchée sur les estimations budgétaires et les délais initiaux, et la manière dont ceux-ci ont été établis, a été chargée d’identifier l’évolution de ceux-ci, d’examiner la mise en œuvre de la législation en matière de marché public, d’examiner les raisons pour lesquelles les budgets initiaux ont été largement insuffisants et de déterminer comment de tels dérapages budgétaires ont été rendu possibles.

Le chantier entre cependant doucement en phase de finalisation, avec une ouverture de gare prévue – enfin – dans le courant de l’année 2023. Reste donc à voir quelles suites seront données à la suite de la publication du rapport de la Cour des Comptes.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be